Politique

Israël-Palestine : Ahed Tamimi, un symbole toujours clivant

L'activiste palestinienne Ahed Tamimi, en octobre 2018 à Tunis. © Mohamed Hammi/SIPA ; Liewig Christian/ABACA

Icône palestinienne de la lutte contre l’occupation israélienne, Ahed Tamimi a voyagé à l'étranger après sa sortie de prison en juillet 2018, avant d'être victime récemment d'un accident de la route près de Ramallah.

En décembre 2017, elle frappe deux soldats israéliens dans la cour de sa maison. La vidéo est vite devenue virale. Et la jeune activiste aux cheveux blonds bouclés s’est transformée en idole de la lutte contre l’occupation des Territoires palestiniens. Mais Ahed Tamimi, toujours sous le feu des projecteurs, s’est fait plus discrète depuis sa libération en juillet 2018, après huit mois de détention pour atteinte à l’autorité.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte