Dossier

Cet article est issu du dossier «Développement et défense de l'environnement : où en est l’Afrique ?»

Voir tout le sommaire
Environnement

Environnement – L’Afrique au banc d’essai : l’hydroélectricité, tant qu’il y aura des fleuves

Le barrage Inga 1, à 350 km à l'ouest de Kinshasa, en République démocratique du Congo, le 26 juin 2016.

Le barrage Inga 1, à 350 km à l'ouest de Kinshasa, en République démocratique du Congo, le 26 juin 2016. © Gwenn Dubourthoumieu pour JA

Égypte, Éthiopie, RD Congo, Afrique du Sud, Angola… La liste des champions africains de l’hydroélectricité correspond, logiquement, à celle des pays traversés par les cours d’eau les plus puissants.

Nil, Congo, Niger, Zambèze : ces géants peuvent à eux seuls couvrir l’ensemble des besoins en électricité du continent. De quoi stimuler les gouvernements qui investissent dans des projets pharaoniques comme le barrage Renaissance, en Éthiopie, et Inga, en RD Congo.

L’un des intérêts de ces sites géants est de pouvoir ensuite partager la production à l’échelle régionale. Inga alimente ainsi l’Afrique du Sud, l’Angola et la Zambie. L’énergie puisée dans le fleuve Sénégal est répartie entre le Mali, la Mauritanie, la Guinée et, bien sûr, le Sénégal. Pour sa part, la Côte d’Ivoire propose d’alimenter ses voisins – Ghana, Burkina Faso, Mali, Togo et Bénin.

Des infrastructures coûteuses

Le principal inconvénient de l’électricité d’origine hydraulique réside dans le coût des infrastructures. Pas moins de 500 millions d’euros (et des années de travaux) sont nécessaires pour construire un gros barrage.

L’investissement étant sensiblement plus élevé que pour une centrale au gaz ou au charbon, la rentabilité de l’ouvrage est plus incertaine, surtout dans les pays où la compagnie énergétique nationale peut parfois se montrer défaillante.

Comme dans le cas du solaire, l’une des solutions consiste à multiplier les infrastructures de taille modeste. C’est le pari que fait actuellement le Nigeria, qui annonce une production hydroélectrique de 2 GW à l’horizon 2025, grâce à un réseau de petites infrastructures réparties sur l’ensemble de son territoire.

 

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte