Dossier

Cet article est issu du dossier «Développement et défense de l'environnement : où en est l’Afrique ?»

Voir tout le sommaire
Environnement

Environnement – L’Afrique au banc d’essai : Yennenga, une ville « durable » aux portes de Ouaga

Le projet Yennenga, à 15 km au sud de la capitale du Burkina Faso.

Le projet Yennenga, à 15 km au sud de la capitale du Burkina Faso. © Architecture-Studio

À 15 km à peine au sud de Ouagadougou, la ville nouvelle de Yennenga est en train de sortir de terre sur une superficie de 678 ha, et les premiers habitants sont déjà installés.

Lancé l’an dernier, le projet fait le pari du développement durable. Le promoteur, CGE Immobilier, promet « une ville verte dans un pays sahélien », dotée de sa propre centrale solaire de 35 MW, conçue pour accueillir jusqu’à 100 000 habitants, et prévoit un chantier de « dix, voire quinze ans ».

De nombreuses solutions ont été imaginées pour faire de Yennenga une vitrine de la métropole africaine de demain : énergie solaire, donc, mais aussi récupération des eaux de pluies grâce, en particulier, à des toits inversés, vastes espaces verts, intégration des baobabs au paysage urbain, création de pépinières apportant de l’ombre, réflexion sur les gestions de l’eau mais aussi du vent, qui doit rafraîchir les rues. Utilisation, enfin, de matériaux locaux, comme le pisé, connu pour ses qualités d’isolant thermique.

Le pari de la mixité

Parallèlement, l’État burkinabè avance lui aussi sur un projet de nouvelle cité : Bassinko, également située à 15 km de la capitale. Monté en partenariat avec plusieurs promoteurs immobiliers, ce projet de 14 000 maisons (les premières villas ont déjà été livrées) vise à accueillir 80 000 habitants et mise sur le logement social.

Yennenga, à l’inverse, parie sur la mixité : trois types de logements – sociaux, économiques et haut de gamme – y seront disponibles à des prix compris entre 8,5 millions et plus de 30 millions de F CFA.

Les promoteurs précisent que 2 600 logements de la première tranche sur les 20 000 prévus ont déjà trouvé preneurs. CGE entend assurer la construction de la moitié des logements prévus sur le site, et le reliquat sera réservé aux promoteurs privés ou à l’autoconstruction.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte