Dossier

Cet article est issu du dossier «Chine-Afrique : un modèle gagnant gagnant ?»

Voir tout le sommaire
Médias

Chine-Afrique : StarTimes, leader de la télévision numérique en Afrique subsaharienne

Enregistrement de l’émission S-Belle dans les studios de StarTimes, à proximité de Pékin.

Enregistrement de l’émission S-Belle dans les studios de StarTimes, à proximité de Pékin. © Olivier Caslin

Depuis sa première implantation au Rwanda, en 2007, il a suffi d’un peu plus de dix ans pour que StarTimes s’impose comme le leader incontesté de la télévision numérique en Afrique subsaharienne.

Plus de 25 millions de personnes, réparties dans 30 pays, ont aujourd’hui accès aux 480 chaînes proposées par le groupe chinois via la télévision numérique terrestre (TNT) et la diffusion par satellite. Confronté à la concurrence de Canal+ en Afrique francophone et de MultiChoice dans les pays anglophones, StarTimes, créé en 1988 par l’ingénieur Pang Xinxing, est le seul sur le continent à opérer en propre ses systèmes de diffusion.

Dernière innovation en date, le groupe a complété son offre africaine en lançant, l’année dernière, son application mobile de services de diffusion en ligne. Télévision en direct, dont les 42 chaînes de l’opérateur, programmes en replay et vidéos à la demande sont désormais accessibles sur smartphone et le seront très bientôt sur tablette.

Les bouquets proposés jusqu’alors étaient trop chers, nous avons donc décidé de démocratiser la télévision numérique sur le continent

C’est d’ailleurs toute la stratégie de ce groupe familial que de faciliter l’accès à la télévision, notamment en Afrique. « Les bouquets proposés jusqu’alors étaient trop chers, nous avons donc décidé de démocratiser la télévision numérique sur le continent », explique Guo Ziqi, la vice-présidente du groupe, dont les trois quarts des 4 000 employés sont installés en Afrique.

Entre l’achat du décodeur et l’abonnement, la facture s’élève à moins de 10 dollars par mois pour les foyers africains, grands consommateurs de sport et de telenovelas, pendant que les séries chinoises commencent doucement à trouver leur place.

Premières productions maison

StarTimes a ainsi lancé en 2018 ses premières productions maison au Nigeria et récidive cette année en tournant une série francophone en RD Congo. Le groupe diffuse également des émissions de mode et de beauté ou de débats sportifs tournées dans ses studios construits en périphérie de Pékin, puis doublées en diverses langues internationales et africaines.

Durant le sommet de Pékin du Forum sur la coopération sino-africaine (Focac) organisé en 2018, de nombreux chefs d’État africains ont visité les installations flambant neuves du groupe. C’est également dans le cadre du Focac que StarTimes participe au projet « Accès à la TV satellite pour 10 000 villages africains », destiné à réduire la fracture numérique dans les zones rurales de 25 pays subsahariens.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte