Start-up

Mobile money : la start-up Wizall étend sa toile en Afrique de l’Ouest

Les deux fondateurs de Wizall, le Français Sébastien Vetter et le Congolais Ken Kakena. © WIZALL

Alliée au marocain BCP et désormais implantée en Côte d’Ivoire, la jeune pousse sénégalaise spécialisée dans les paiements électroniques élargit son offre et sa clientèle.

En lançant, au début de juillet, son nouveau service de transfert d’argent à destination de la diaspora, la start-up Wizall poursuit sa mue. La fintech, fondée en 2015 par le Français Sébastien Vetter (DG du groupe, installé à Dakar) et par le Congolais Ken Kakena (DG en Côte d’Ivoire), a fait évoluer son modèle économique, initialement centré sur le transfert d’argent entre particuliers du continent, segment très concurrencé, vers un système B2B2C.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)
Fermer

Je me connecte