Dossier

Cet article est issu du dossier «Maroc : 1999-2019, ces vingt premières années de règne de Mohammed VI qui ont tout changé»

Voir tout le sommaire
Économie

Maroc – Dix chantiers pour demain : un registre social unique (5/10)

Réintroduite dans le projet de loi de Finances 2019, la taxe de solidarité sociale permettra de financer notamment le régime d'assistance médicale Ramed (image d'illustration).

Réintroduite dans le projet de loi de Finances 2019, la taxe de solidarité sociale permettra de financer notamment le régime d'assistance médicale Ramed (image d'illustration). © Ons Abid/JA

« Centré sur la satisfaction des besoins des citoyens » et sur la réduction des inégalités, un projet de nouveau modèle de développement est à l’étude pour le Maroc. Quels sont les principaux domaines concernés ? L’exemple du registre social unique.

Parmi les grands chantiers lancés récemment par l’État, celui du registre national unique doit répondre à plusieurs problématiques, à commencer par celle du « ciblage » des familles à faible revenu, qui doivent être les premières à bénéficier des programmes sociaux publics.

Les gouvernements qui se sont succédé depuis le début des années 2000 ont lancé plus de 120 programmes de soutien (Ramed, Tayssir, aides scolaires…) visant à améliorer le quotidien des plus démunis. Mais ceux-ci se sont révélés, avec le temps, très peu efficaces. L’État n’a aucune certitude quant aux ménages profitant réellement du soutien qu’il propose. Et la Caisse de compensation subventionne encore la farine, le sucre et le gaz butane pour tout le monde…

Pour remédier à ces problèmes, le gouvernement a créé en 2018 une Agence nationale des registres et un registre social unique (RSU), que le ministère de l’Intérieur va progressivement mettre en place, après une phase pilote prévue dans la région de Rabat-Salé d’ici à la fin de 2019. Le dispositif devrait être entièrement opérationnel sur l’ensemble du territoire d’ici cinq ou six ans.

Modèle indien

Ce RSU sera similaire à celui de l’Inde, baptisé « Aadhaar » et développé à partir d’une technologie élaborée en partenariat avec les experts de l’Institut international de technologie de l’information de Bangalore. Il permettra d’abord de rendre les données personnelles des personnes physiques facilement accessibles, afin de permettre aux administrations publiques de mieux les cibler lors de la mise en place des dispositifs d’aides.

Cette plateforme visera aussi à améliorer la coordination entre les différents programmes de soutien et de protection sociale, sous la tutelle du ministère de l’Intérieur.

Lire les autres articles du dossier

«Maroc : 1999-2019, ces vingt premières années de règne de Mohammed VI qui ont tout changé»

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte