Dossier

Cet article est issu du dossier «Maroc : 1999-2019, ces vingt premières années de règne de Mohammed VI qui ont tout changé»

Voir tout le sommaire
Diplomatie

Maroc – Dix réalisations phares : (ré)intégration africaine (10/10)

Alassane Ouattara accueillant Mohammed VI à Abidjan, le 24 février 2017, lors d’une tournée du souverain en Afrique de l’Ouest. © Sia KAMBOU/AFP

Les changements sont tangibles dans de nombreux domaines depuis l'accession au trône de Mohammed VI, en juillet 1999.

Depuis son intronisation, en 1999, Mohammed VI a effectué plus de 50 voyages dans une trentaine de pays du continent. Des tournées aux objectifs politiques qui ont préparé le retour du royaume au sein de l’Union africaine, en janvier 2017, mais aussi économiques.

La diplomatie marocaine a œuvré au service des grands groupes et des PME nationales pour les aider à développer leurs activités dans les pays subsahariens, avec lesquels des centaines d’accords ont été signés depuis le milieu des années 2000. Objectif premier de cette « diplomatie des contrats » : préparer le terrain réglementaire et juridique pour les entreprises désireuses de conquérir des marchés et de s’implanter hors des frontières du royaume.

Diplomatie des contrats

En moyenne, depuis 2008, 45 % des flux annuels d’investissement directs marocains à l’étranger se font sur le continent, dont environ 90 % en Afrique subsaharienne, tout particulièrement au sein de la Cedeao, où le royaume est devenu l’un des principaux investisseurs africains.

Des investissements soutenus © JA

Une dizaine de groupes marocains sont ainsi devenus panafricains et disposent de filiales dans les principales métropoles du continent, notamment en Afrique de l’Ouest. Cette percée a profité à plusieurs secteurs, dans le public comme dans le privé : banques, assurances, télécoms, BTP, mines… Elle a été portée par les principaux groupes bancaires du royaume tels qu’Attijariwafa Bank, filiale du holding royal Al Mada, actuellement présente dans une quinzaine de pays du continent, ainsi que la Banque centrale populaire et BMCE Bank of Africa, qui ont elles aussi gagné des parts de marché en Afrique, où elles accompagnent des entreprises marocaines.

Le groupe Maroc Telecom a également tissé son réseau : il est présent dans neuf autres pays du continent et sert plus de 61 millions de clients. Dans la finance et les assurances, avant d’être racheté, en 2018, par le géant sud-africain Sanlam, le groupe Saham s’est déployé dans 34 pays africains. Côté immobilier, les groupes Addoha et Alliances sont les deux promoteurs qui ont signé le plus de contrats en dehors du Maroc (principalement en Côte d’Ivoire et au Sénégal). Enfin, le minier Managem, filiale d’Al Mada, s’est déployé en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, et le géant phosphatier OCP s’est positionné en tant que fournisseur local d’engrais pour les cultures typiquement africaines, comme le cacao au Ghana et en Côte d’Ivoire.


Échanges commerciaux

Les échange commerciaux  du Maroc avec l’Afrique subsaharienne ont enregistré une croissance moyenne supérieure à 9 % par an de 2008 à 2016. Ils ont permis de dégager un solde excédentaire de 1,3 milliard de dirhams en 2008 et de 11,9 milliards en 2016.

La Cedeao devient un partenaire clé © JA

Lire les autres articles du dossier

«Maroc : 1999-2019, ces vingt premières années de règne de Mohammed VI qui ont tout changé»

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte