Dossier

Cet article est issu du dossier «Maroc : 1999-2019, ces vingt premières années de règne de Mohammed VI qui ont tout changé»

Voir tout le sommaire
Entreprises & marchés

Maroc – Dix chantiers pour demain : OCP veut nourrir le monde (10/10)

OCP détient les plus grandes réserves de phosphates au monde. © Alexandre Dupeyron pour JA.

« Centré sur la satisfaction des besoins des citoyens » et sur la réduction des inégalités, un projet de nouveau modèle de développement est à l’étude pour le Maroc. Quels sont les principaux domaines concernés ? L'exemple de l'OCP.

En 2008, deux ans après l’arrivée de Mostafa Terrab à la tête de l’Office chérifien des phosphates (OCP), le groupe a lancé une stratégie de transformation industrielle qui a fait de lui l’un des plus grands producteurs d’engrais au monde. Celle-ci mobilise près de 200 milliards de dirhams (18 milliards d’euros) d’investissements et devrait faire doubler la capacité minière du géant marocain ainsi que tripler sa capacité de transformation à l’horizon 2027 pour atteindre 25 millions de tonnes et capter 40 % des parts de marché.

Les usines d’OCP fleurissent sur le globe, en particulier en Afrique subsaharienne. Le groupe essaie d’anticiper les besoins en engrais à travers le monde, qui sera composé de presque 10 milliards de personnes en 2050. Dans un premier temps, et pour accompagner la politique africaine du Maroc, l’OCP s’est tourné vers le continent, qui présente des potentialités énormes en matière d’agriculture, jusqu’ici très mal exploitées.

L’objectif du géant des phosphates est de faire émerger une agriculture performante et durable

Le géant marocain des phosphates a même créé OCP Africa en 2016, une filiale ayant pour mission de faire émerger une agriculture structurée, performante et durable sur le continent. Celle-ci mène de nombreux programmes de soutien et d’accompagnement pour les agriculteurs en vue de les sensibiliser à de meilleures pratiques et de mettre à leur disposition toutes les ressources nécessaires pour améliorer leurs rendements. Depuis 2017, plus de 250 000 agriculteurs en ont bénéficié au Kenya, au Burkina Faso, au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Nigeria, au Togo, au Ghana et en Tanzanie. En parallèle, le programme Agribooster a apporté à 57 000 petits producteurs des produits et services destinés à améliorer leurs rendements.

Technologies

La Fondation OCP espère quant à elle moderniser l’agriculture à travers des technologies innovantes, mais aussi favoriser la recherche. Elle a ainsi lancé plusieurs initiatives pour la cartographie de la fertilité des sols, notamment en Guinée, au Togo, à Madagascar, au Burkina Faso, en Éthiopie et au Rwanda.

Lire les autres articles du dossier

«Maroc : 1999-2019, ces vingt premières années de règne de Mohammed VI qui ont tout changé»

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte