BTP & Infrastructures

Bénin : le belge PAI accélère la mue du port de Cotonou

L’activité du port de Cotonou participe à 80 % aux recettes de l’État. © Jacques Torregano pour JA

Pour rattraper son retard sur Tema, Lomé et Abidjan, le port béninois a confié sa gestion à une entreprise privée. Dix-huit mois après son arrivée, les travaux commencent.

Pas de temps à perdre pour Joris Thys, le DG du port autonome de Cotonou (PAC). Il y a un an et demi, Port of Antwerp International (PAI), filiale du port d’Anvers – deuxième port du Vieux-Continent après Rotterdam, première porte d’entrée européenne pour les marchandises africaines (cacao, café, coton…) et premier expéditeur de véhicules d’occasion vers l’Afrique –, prenait en main la gestion de l’autorité portuaire béninoise, qui représente 80 % des recettes de l’État.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)
Fermer

Je me connecte