Justice

Côte d’Ivoire : Cotradis l’emporte à nouveau en appel face à Fenie Brossette

Abdoul Kader Yada, administrateur général de Cotradis et Abdelmjid Tazlaoui, PDG de Fenie Brossette

Abdoul Kader Yada, administrateur général de Cotradis et Abdelmjid Tazlaoui, PDG de Fenie Brossette © © Montage JA

Fenie Brossette et sa filiale ivoirienne ont été condamnés en appel à payer 1,725 milliard de F CFA à Continental de transport et de distribution (Cotradis) pour avoir modifié des châssis de camions Iveco. Parallèlement, une procédure pénale est en cours au Burkina Faso, des accidents ayant causé des morts et des blessés graves.

Le 12 juillet, Abdoul Kader Yada, patron de Continental de transport et de distribution (Cotradis – 13,8 millions d’euros de CA en 2018), a remporté à Abidjan son procès en appel contre Fenie Brossette (49 millions d’euros de CA) et sa filiale ivoirienne.

Le DG de Cotradis poursuivait son ex-partenaire, l’accusant d’avoir modifié les châssis de vingt camions Iveco, dont l’entreprise marocaine est le représentant. Les soupçons sont apparus à la suite d’une série d’accidents survenus en 2016. Une expertise commandée par Cotradis faisait état d’un préjudice d’environ 8 milliards de F CFA (12,2 millions d’euros).

Condamnation confirmée

La chambre présidentielle de la cour d’appel a condamné les deux entreprises, contrôlées par Société Maroc Émirats arabes unis de développement, à payer 1,725 milliard de F CFA. Le tribunal de commerce d’Abidjan avait, en février 2018, déjà condamné dans ce dossier Fenie Brossette, dirigée depuis 2019 par Abdelmjid Tazlaoui, au versement de 1,5 milliard de F CFA.

Ce verdict obligeait aussi la société à verser environ 800 millions de F CFA en exécution provisoire. Ce qu’elle n’a pas fait. La chambre présidentielle a, dans sa décision, homologué les rapports mécaniques et financiers demandés par l’entreprise burkinabè sans toutefois accéder à ses prétentions financières.

Selon M. Yada, ce litige aurait ralenti l’expansion de Cotradis, dont l’ambition est d’être la première compagnie de transport minier et industriel en Afrique de l’Ouest. La société travaille notamment pour la mine de Perkoa, exploitée par Trevali Mining Corp, le cimentier marocain Ciments d’Afrique et la Compagnie minière du Bafing. Interrogée par JA, Fenie Brossette n’a pas fait de commentaire et se réserve le droit de contester cette décision.

Décès et blessés graves

Parallèlement, une procédure pénale est en cours au Burkina Faso, les accidents ayant entraîné plusieurs décès et blessures graves chez des collaborateurs de Cotradis. L’instruction n’est pas encore bouclée. Un procès visant Marouane Tarafa, PDG de Fenie Brossette au moment des faits, devrait avoir lieu courant 2019.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte