Société
Mohammed VI lors de la beï’a, cérémonie d’allégeance au roi, le 21 août 2012, devant le palais royal de Rabat, place du Méchouar. © MAP

Cet article est issu du dossier

Maroc : 1999-2019, ces vingt premières années de règne de Mohammed VI qui ont tout changé

Voir tout le sommaire
Politique

Maroc – Dix réalisations phares : réorganisation sécuritaire en douceur (4/10)

Les changements sont tangibles dans de nombreux domaines depuis l’accession au trône de Mohammed VI, en juillet 1999.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 25 juillet 2019 à 16:36

Entraînement d’unités du Groupe d’intervention rapide au nouvel institut de formation spécialisé de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), en mai 2018, à Rabat. © Alexandre Dupeyron pour JA

Dans ce dossier

Trois mois après son intronisation, Mohammed VI a limogé le tout-puissant ministre de l’Intérieur (hérité de son père), Driss Basri. Depuis, plusieurs grandes figures se sont succédé pour prendre la tête de la « mère des ministères », alors que s’opérait une profonde réorganisation sécuritaire.

Au sein de la police, celle-ci a abouti, en mai 2015, à la nomination d’Abdellatif Hammouchi au poste de directeur général de la Sûreté nationale, une fonction qu’il cumule avec celle de patron de la Direction de la surveillance du territoire, qu’il occupe depuis 2005. Ces deux entités sont chargées de lutter contre les organisations terroristes, avec la Direction générale des études et de la documentation (DGED), confiée à un camarade de classe de Mohammed VI, Yassine Mansouri. Les renseignements fournis par leurs services ont à maintes reprises permis d’éviter des attentats ou d’arrêter des personnes recherchées. Leur efficacité et leur collaboration avec leurs homologues étrangers sont reconnues au niveau international et ont valu aux responsables marocains de nombreuses décorations.

Chez les militaires, le roi Mohammed VI a opéré une transition générationnelle en douceur. Au fil des années, les généraux qui ont servi Hassan II sont tranquillement partis en retraite, laissant la place et les honneurs à de nouveaux officiers.