Vie des partis

Tunisie : CDU d’Angela Merkel ou AKP de Recep Tayyip Erdogan, quel modèle pour Ennahdha ?

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 23 octobre 2019 à 20h57
Le président turc Recep Tayyip Erdogan saluant le leader d’Ennahdha Rached Ghannouchi (de dos), le 14 septembre 2011 à l’aéroport de Tunis (image d’illustration).

Le président turc Recep Tayyip Erdogan saluant le leader d'Ennahdha Rached Ghannouchi (de dos), le 14 septembre 2011 à l'aéroport de Tunis (image d'illustration). © Amine Landoulsi/AP/SIPA

Pour promouvoir un « islam démocrate », la formation tunisienne à référentiel islamique Ennahdha a lancé en 2016 Riyada, une académie politique sur le modèle de la CDU-CSU allemande ou de l’AKP turc – même si le parti à la colombe nie officiellement tout lien.

Avec son académie, Ennahdha s’inspirerait des formations des chrétiens-­démocrates allemands CDU-CSU. De quoi crédibiliser l’étiquette « islam démocrate » que le parti tente de promouvoir. Interviewé par Jeune Afrique, le leader du parti, Rached Ghannouchi, a assuré qu’« il n’y a pas d’internationale islamique » et nie vouloir se calquer sur d’autres formations à référentiel commun.

Liens avec l’AKP

« L’AKP fait ce genre de formation depuis longtemps », confie toutefois une élève. Mais le parti turc reste opaque sur sa propre académie. Seule certitude, les liens existent. De jeunes nahdhaouis de Nabeul ont ainsi encadré en 2014 la visite de camarades de l’AKP.

« Il ne faut pas minimiser l’influence de l’expérience de l’exil de ses cadres en Europe. Mais Ennahdha ne veut pas afficher de liens avec l’AKP. L’insistance sur le modèle allemand est moins controversée », explique Maryam Ben Salem.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer