Justice

RDC : Bosco Ntaganda reconnu coupable par la CPI, game over pour « Terminator »

L’ancien milicien de 45 ans encourt trente ans de prison, voire la perpétuité. © Eva Plevier/REUTERS

Bosco Ntaganda a été reconnu coupable par la CPI de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité en RD Congo.

En 2002, pendant la deuxième guerre du Congo, la bourgade de Mongbwalu, dans la province de l’Ituri, était devenue stratégique. À ses alentours, on trouvait des mines d’or et une piste d’atterrissage. Bref tout le nécessaire pour faire prospérer un groupe armé. Le prêtre catholique de la ville, l’abbé Boniface Bwanalonga, l’a payé de sa vie.

Selon les juges de la Cour pénale internationale (CPI), ce prélat « âgé » et appartenant à « l’ethnie lendue » (principalement constituée d’agriculteurs) a été assassiné par Bosco Ntaganda, alors chef des Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC), une milice pro-Hema (groupe historiquement composé d’éleveurs).

Ntaganda, qui a « personnellement interrogé » Bwanalonga dans ses appartements, le « frappait avec un bout de bois ». « Après l’interrogatoire, Ntaganda a ordonné à ses gardes du corps de conduire l’abbé derrière l’habitation, où Ntaganda l’a exécuté », a raconté un témoin cité par les juges.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte