Politique économique

Monnaie unique de la Cedeao : Ouattara ne veut pas de rupture brutale entre le CFA et l’eco

Alassane Ouattara et Emmanuel Macron, sur le perron de l'Élysée, le 9 juillet 2019. © DR / Présidence CI

À un an de l'entrée en vigueur théorique de l’eco, le président ivoirien a assuré à son homologue français qu'il n'y aurait pas de rupture brutale avec le Trésor français, tout en maintenant l'objectif d'une monnaie flexible adossée à un panier de devises.

Le temps presse pour Alassane Ouattara (ADO). L’entrée en vigueur de l’eco, la nouvelle monnaie unique des quinze pays de la Cedeao, est prévue le 1er juillet 2020. Lors de leur entretien d’une heure et demie à l’Élysée, le 9 juillet, le président ivoirien en a informé son homologue français, Emmanuel Macron. La Côte d’Ivoire tient en effet le leadership dans le processus de création de l’eco.

Pas de rupture brutale

Selon nos informations, aucune rupture brutale n’est prévue avec le Trésor français, où se situent les réserves de la BCEAO. Le gouverneur de cet établissement, Tiémoko Koné, a d’ailleurs été envoyé par ADO auprès des gouverneurs des banques centrales des autres zones monétaires de la Cedeao afin de tenter de les convaincre de soutenir ce projet.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)
Fermer

Je me connecte