Banque de développement

Banque africaine de développement : Akinwumi Adesina entre en campagne

L'institution présidée par Akinwumi Adesina a dévoilé mi-janvier ses perspectives économiques pour 2018 © Paul Morigi/AP/SIPA

À la tête de la Banque africaine de développement depuis 2015, l’ex-ministre nigérian Akinwumi Adesina ambitionne d’être réélu en mai 2020. Il vient de remporter une bataille en convainquant les actionnaires internationaux de participer à la prochaine augmentation de capital.

« Nous avons eu des débats vigoureux. Et j’ai pris de nombreuses notes sur ce que vous avez dit, je peux vous le garantir. » C’est un Akinwumi Adesina déterminé, mais plus sobre qu’à son habitude, qui a défendu son bilan devant les quatre-vingts gouverneurs de la Banque africaine de développement (BAD), réunis à la mi-juin, à Malabo, pour la 54e assemblée annuelle de l’institution panafricaine.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)
Fermer

Je me connecte