Politique

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro, « l’ado » rebelle

Réservé aux abonnés | | Par
Guillaume Soro a démissionné de l'Assemblée nationale le 8 février 2019.

Guillaume Soro a démissionné de l'Assemblée nationale le 8 février 2019. © Issam Zejly/TRUTHBIRD MEDIAS pour JA

Le président ivoirien Alassane Ouattara se prépare à la candidature de Guillaume Soro pour 2020, qu’il voit comme un éternel rebelle.

« Cette fois, il est allé trop loin ! » estime le président. Alassane Ouattara en avait fait un principe : pas question que Guillaume Soro prenne la tête de l’Assemblée parlementaire de la francophonie (APF) alors qu’il n’était plus le patron de l’hémicycle ivoirien.

« Il est en rupture avec le chef de l’État, il ne cesse de nous faire la guerre… Il pensait vraiment pouvoir représenter la Côte d’Ivoire sur la scène internationale ? » s’agace un membre du cabinet présidentiel.

Une réconciliation possible ?

Ouattara a tout fait pour imposer Amadou Soumahoro à la tête de l’institution, avec succès. « Le problème avec Guillaume, c’est qu’il pense qu’avoir aidé le président en menant la rébellion en 2011 lui donne tous les droits. Mais ça n’est pas un blanc-seing. »

Ouattara se prépare à la candidature de Guillaume Soro, qu’il voit comme un éternel rebelle, rétif à l’autorité. Mais il n’exclut pas non plus une réconciliation. « Il le considère un peu comme son fils, malgré tout », dit un proche.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte