Politique

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro, « l’ado » rebelle

Guillaume Soro a démissionné de l'Assemblée nationale le 8 février 2019.

Guillaume Soro a démissionné de l'Assemblée nationale le 8 février 2019. © Issam Zejly/TRUTHBIRD MEDIAS pour JA

Le président ivoirien Alassane Ouattara se prépare à la candidature de Guillaume Soro pour 2020, qu’il voit comme un éternel rebelle.

« Cette fois, il est allé trop loin ! » estime le président. Alassane Ouattara en avait fait un principe : pas question que Guillaume Soro prenne la tête de l’Assemblée parlementaire de la francophonie (APF) alors qu’il n’était plus le patron de l’hémicycle ivoirien.

« Il est en rupture avec le chef de l’État, il ne cesse de nous faire la guerre… Il pensait vraiment pouvoir représenter la Côte d’Ivoire sur la scène internationale ? » s’agace un membre du cabinet présidentiel.

Une réconciliation possible ?

Ouattara a tout fait pour imposer Amadou Soumahoro à la tête de l’institution, avec succès. « Le problème avec Guillaume, c’est qu’il pense qu’avoir aidé le président en menant la rébellion en 2011 lui donne tous les droits. Mais ça n’est pas un blanc-seing. »

Ouattara se prépare à la candidature de Guillaume Soro, qu’il voit comme un éternel rebelle, rétif à l’autorité. Mais il n’exclut pas non plus une réconciliation. « Il le considère un peu comme son fils, malgré tout », dit un proche.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte