Société

Maroc : le droit de grève bientôt reconnu ?

Manifestation contre le racisme devant le parlement de Rabat (Maroc), en 2014 (image d'illustration). © Abdeljalil Bounhar/AP/SIPA

Serpent de mer depuis 1962 au Maroc, la loi relative au droit de grève n’a jamais vu le jour. Avec le nouveau pacte social, cet épineux dossier est à nouveau sur la table.

Une nouvelle semaine sous le signe de la concertation pour Mohamed Yatim. L’ancien syndicaliste, devenu ministre de l’Emploi, a enchaîné en ce début de juillet les réunions avec les principales centrales syndicales et le patronat. Ojectif : relancer le projet de loi organique 97-15 relatif au droit de grève. Un texte déposé au Parlement par le gouvernement Benkirane à la fin de son mandat, en 2016, mais qui n’a jamais été discuté au sein de la Commission des secteurs productifs.

« C’est le gouvernement qui a demandé de reporter l’examen de ce projet, le temps de se concerter avec les partenaires sociaux, précise Mohamed Yatim. L’idée était de créer d’abord le climat de confiance qui a permis d’aboutir à la signature du pacte social du 25 avril afin d’essayer de trouver un large consensus autour de ce projet de loi. »

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte