Dossier

Cet article est issu du dossier «Béji Caïd Essebsi, un destin tunisien»

Voir tout le sommaire
Politique

Tunisie – Le président Essebsi à sa sortie d’hôpital : « Excusez-moi de ne pas être mort »

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 08 juillet 2019 à 17h30
Le président tunisien Béji Caïd Essebsi lors de son précédent séjour à l'hôpital militaire de Tunis, lundi 1er juillet 2019 (image d'illustration).

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi lors de son précédent séjour à l'hôpital militaire de Tunis, lundi 1er juillet 2019 (image d'illustration). © Facebook / Présidence Tunisie

Jeudi 27 juin, le président tunisien Béji Caïd Essebsi a été transféré d’urgence à l’hôpital militaire de Tunis à la suite d’un « grave malaise ». À sa sortie de l’établissement quatre jours plus tard, il semblait avoir retrouvé ses sens… et notamment celui de l’humour.

Selon un membre de son premier cercle familial, les premiers mots de Béji Caïd Essebsi à sa sortie de l’hôpital, le 1er juillet, ont été : « Excusez-moi de ne pas être mort. » Une répartie ironique qui a rassuré ses proches. Le chef de l’État avait été admis d’urgence le 27 juin à la suite d’un malaise dont la nature n’a pas été dévoilée.

Son hospitalisation avait laissé planer le doute quant à la convocation à temps du corps électoral. Les délais ont finalement été respectés puisque le président Essebsi a signé vendredi 5 juillet – soit un jour avant la date butoir – , le décret appelant les électeurs tunisiens aux urnes pour les scrutins législatifs du 6 octobre et présidentiel du 17 novembre. La présidence a publié pour l’occasion la première séquence vidéo du chef de l’État depuis son admission à l’hôpital militaire.

Béji Caïd Essebsi avait été hospitalisé en urgence le jour même où un double attentat frappait Tunis. Son conseiller Firas Guefrech avait décrit son état comme critique, avant de déclarer que celui-ci s’était stabilisé, assurant à Jeune Afrique qu’il n’était pas dans le coma. Son fils, Hafedh Caïd Essebsi, le décrivait le week-end dernier comme « hors de danger ».

Lire les autres articles du dossier

«Béji Caïd Essebsi, un destin tunisien»

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte