Politique

Algérie : malade, Ahmed Ouyahia « méconnaissable » à la prison d’El Harrach

L’ex-chef de gouvernement algérien Ahmed Ouyahia, incarcéré mi-juin dans le cadre de plusieurs affaires de corruption présumée, est amaigri, « moralement très affecté » et souffre d’une grave maladie, d’après des proches qui lui ont rendu visite récemment à la prison d’El Harrach.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 8 juillet 2019 à 14:40

Le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia, en septembre 2018 à Alger (image d’illustration). © Anis Belghoul/AP/SIPA

Ahmed Ouyahia vit très mal son incarcération à la prison d’El Harrach (banlieue est d’Alger), où il a été placé en détention le 12 juin dans le cadre d’enquêtes sur des affaires de corruption présumée. Selon ses visiteurs, l’ancien Premier ministre d’Abdelaziz Bouteflika est amaigri et « moralement très affecté ». Il souffre également d’une grave maladie, qui nécessite un suivi médical constant.

À Lire Algérie : le président Abdelkader Bensalah souffrant

Son fils dans le viseur de la justice

Dans la matinée du 12 juin, Ouyahia s’était rendu dans un hôpital pour y recevoir des soins, avant d’être auditionné à la Cour suprême, puis conduit en prison. « Il était méconnaissable, le regard vide et le visage livide, rapporte une vieille connaissance, qui l’a salué récemment en marge d’une audition. Il n’a pas prononcé un mot. »

Dans les prochaines semaines, la justice pourrait convoquer son fils, Lamine Ouyahia, dont le nom a été cité dans plusieurs affaires sur lesquelles la gendarmerie enquête. Il pourrait rejoindre Farès Sellal (le fils d’un autre ex-Premier ministre, Abdelmalek Sellal), détenu depuis le 3 juillet à El Harrach.