Sécurité

Cameroun : comment la police suisse a dompté la garde de Paul Biya

Des policiers suisses face aux gardes du corps du président camerounais Paul Biya, à Genève, le 26 juin. © Source : RTS

Un règlement à l'amiable a été négocié entre la police suisse et la délégation camerounaise pour parvenir à l'arrestation à Genève des six membres du service de sécurité de Paul Biya, depuis condamnés pour l'agression d'un journaliste suisse.

Dans la matinée du 2 juillet, des policiers suisses ont fait le siège de l’hôtel InterContinental de Genève, où logeait Paul Biya depuis le 23 juin.

Mandatés par le procureur général Olivier Jornot, ils intervenaient à la suite d’une plainte pour « contrainte et appropriation illégitime » d’objets personnels qu’avait déposée Adrien Krause – journaliste de la RTS, agressé le 26 juin alors qu’il était venu couvrir les manifestations de la diaspora – et interpellaient toute personne semblant appartenir à la Sécurité du président camerounais.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte