Mode

Textile « made in Rwanda » : Kigali en mode résistance

Moïse Turahirwa, fondateur de Moshions, l'un des fers de lance de la création au Rwanda. © Moshions

Après la suspension des avantages commerciaux relatifs aux exportations de vêtements vers les États-Unis, le Rwanda renforce son industrie textile et soutient ses créateurs.

Au milieu de l’atelier qui jouxte sa boutique, dans le quartier huppé de Kiyovu, Moïse Turahirwa observe ses petites mains. Une dizaine de tailleurs s’activent au rythme du cliquetis des machines à coudre. Bienvenue chez Moshions (mélange de « Moïse » et « fashion »), l’un des fers de lance de la création made in Rwanda.

« Huit à dix pièces sortent de l’atelier chaque jour », explique l’élégant designer de 28 ans, qui a habillé une partie de l’assemblée conviée au mariage d’Ange Kagame, la fille du président, en décembre 2018. « Un travail d’artisan », dit-il, qui illustre l’éclosion de l’industrie textile rwandaise, encore embryonnaire.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte