Dossier

Cet article est issu du dossier «Télécoms : les nouveaux enjeux»

Voir tout le sommaire
Télécoms

Smartphones : un start-upper pour redresser le tunisien Cellcom

Almine Chouaieb a été élu en 2015 meilleur entrepreneur par le Centre des jeunes dirigeants. © Ons Abid pour JA

En difficulté, le fabricant et distributeur tunisien Cellcom a fait appel à l’expert du big data Amine Chouaieb. Un rapprochement atypique entre le monde industriel et celui de l’innovation.

Fondé en 1997, le groupe tunisien Cellcom est passé, en 2006, du rôle de distributeur des smartphones et des tablettes Motorola et LG Mobile à celui de fabricant, avec sa marque Evertek. S’il possède désormais la troisième part de ce marché en Tunisie (14 %), derrière Samsung et Huawei, il a vu le cours de son action dégringoler de plus de 75 % depuis son introduction à la Bourse de Tunis, en 2014, et son chiffre d’affaires, de 10 millions d’euros en 2018, est en baisse de 7 % par rapport à 2017.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)
Fermer

Je me connecte