Mines

Tanzanie : entre Barrick Gold, Acacia Mining et l’État, un poker minier à trois joueurs

De g. à d., Mark Bristow, directeur général de Barrick Gold, John Magufuli, président de la République de Tanzanie, et Peter Geleta, directeur général d'Acacia Mining. © Montage JA

Alors qu'Acacia Mining, miné par un redressement fiscal pharaonique, est dans l'impasse en Tanzanie depuis plus de deux ans, Mark Bristow, le patron de Barrick Gold, a tenté de reprendre en main les négociations avec Dar es-Salaam. Mais la partie s'est révélée plus compliquée que prévu.

Mark Bristow, le fondateur de Randgold, dont il a orchestré la fusion avec le géant canadien Barrick Gold, pensait que la partie serait plus facile en Tanzanie. Après avoir pris la tête du nouvel attelage, en janvier 2019, le patron sud-africain, qui a misé avant tout le monde sur le développement de la filière aurifère en Afrique de l’Ouest francophone, puis en RDC, affirmait être, du fait de son expérience, le plus à même de résoudre le conflit dans lequel s’était enlisé Acacia Mining.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte