Arts

Restitution du patrimoine africain : Sindika Dokolo continue sa chasse aux œuvres volées à Dundo

Sindika Dokolo. © Miguel Nogueira courtesy of Fundação Sindika Dokolo

L'hommes d'affaires et collectionneur congolais a co-réalisé l'exposition IncarNations, à Bruxelles. Au coeur du dispositif : une salle « projet Dundo » qui présente quelques une des œuvres qui avaient été pillées dans ce musée angolais.

Sindika Dokolo n’est pas près de lâcher prise. À l’exposition IncarNations (Palais des beaux-arts de Bruxelles, jusqu’au 6 octobre), que l’homme d’affaires congolais a coréalisée avec l’artiste sud-africain Kendell Geers et où l’on peut admirer 150 œuvres de sa collection privée, une salle est consacrée à son « projet Dundo ». Lancé en 2014, celui-ci vise à retrouver les œuvres du musée de Dundo, pillé entre 1975 et 2002, durant la guerre civile angolaise.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte