Politique

Niger : comment la motion de censure contre le gouvernement est arrivée devant l’Assemblée

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 01 juillet 2019 à 14h35
Le siège de l’Assemblée nationale à Nimaey, en 2014 (illustration).

Le siège de l'Assemblée nationale à Nimaey, en 2014 (illustration). © Vincent Fournier/J.A.

Trois députés de l’opposition nigérienne sont parvenus à faire examiner une motion de censure contre le gouvernement de Brigi Rafini à l’Assemblée nationale. Ils ont même obtenu une poignées de voix venues de la majorité présidentielle…

Le 27 juin, les députés nigériens ont débattu pendant près de dix-sept heures à propos de la motion de censure que l’opposition avait déposée contre le gouvernement de Brigi Rafini. Depuis la mi-mai, Ibrahim Yacouba (MPN Kiishin Kassa), Mahamane Ousmane (Tchandji-Hankouri) et Issaka Issoufou (Moden Fa Lumana) préparaient ce texte dans le plus grand secret.
Les trois opposants, qui disposaient de 33 députés acquis à leur cause, ont joué de leur influence afin d’atteindre le quorum de 35 parlementaires nécessaire à l’examen de la motion. Si celle-ci a été rejetée, elle a été approuvée par 38 députés (sur 171), soit trois voix de plus, venues de la majorité présidentielle.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer