Livres

Yasmina Khadra ausculte la corruption et le désir à Tanger

Yasmina Khadra, à Paris, en septembre 2016. © Vincent Fournier/JA

Avec son polar « L’outrage fait à Sarah Ikker », dans lequel un lieutenant marocain enquête sur le viol de sa femme, l'écrivain algérien Yasmina Khadra met au grand jour les bas-fonds de l’âme humaine.

Yasmina Khadra revient aux amours de ses débuts : le polar. Le commissaire Llob, le personnage culte de ses premiers romans algériens, a un double marocain à Tanger, le lieutenant Driss Ikker. Dès les premières pages, c’est un antihéros que l’on découvre. Ivre mort, allongé à côté d’une prostituée dans une chambre d’hôtel miteuse. Le flic fuit depuis une semaine la terrible réalité : sa femme, Sarah, a été violée. Cette façon de se dérober à l’outrage fait à Sarah Ikker, qui donne son titre à l’ouvrage, le rend encore plus détestable.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte