Cabinet d'avocats

Classement : les 50 avocats d’affaires les plus influents en 2018

Getty Images/EyeEm

© Getty Images/EyeEm

Jeune Afrique et Jeune Afrique Business+ ont établi leur palmarès des femmes et des hommes qui ont accompagné les grands dossiers de 2018 en Afrique francophone.

Pour sa troisième édition consécutive, le classement des 50 avocats d’affaires les plus influents d’Afrique francophone confirme son succès. Trois cent trente avocats appartenant à 47 cabinets nous ont transmis leurs candidatures. Ils totalisent 1 600 dossiers différents traités l’an dernier.

Le financement de projets reste naturellement la thématique la plus représentée, qu’il s’agisse des secteurs des infrastructures, de l’énergie ou, dans une moindre mesure, des mines. L’arrivée en Afrique d’investisseurs comme Stoa, Meridiam ou AIIM dope ce marché, marquant l’évolution des mentalités par rapport au potentiel du continent. Un changement auquel les avocats d’affaires ne sont pas étrangers.

Des dossiers qui constituent le terrain de jeu privilégié de Bertrand Andriani (Linklaters), notre lauréat 2019. Le projet de la centrale hydroélectrique de Nachtigal, au Cameroun (1,2 milliard d’euros), auquel il a contribué, aura été le dossier le plus marquant, mobilisant, pour différents clients, sept avocats parmi les 50 classés.

Les cabinets anglo-saxons en tête

Les fusions-acquisitions, elles, ont été moins nombreuses, la vente du marocain Saham Finance, conseillé par Hicham Naciri (Allen & Overy) au sud-africain Sanlam restant la plus importante. Notre liste comprend aussi, cette année encore, quelques spécialistes des contentieux et des arbitrages, comme Emmanuel Gaillard (Shearman & Sterling), Roland Ziadé (Linklaters) et Michael Ostrove (DLA Piper).

Sans surprise, les cabinets anglo-saxons dominent notre palmarès en trustant les cinq premières places (Linklaters, Orrick, Allen & Overy, Eversheds Sutherland, Hugues Hubbard). Le français Gide Loyrette Nouel, absent l’an dernier, opère un retour en force en décrochant la palme honorifique de la firme la plus représentée avec sept de ses associés classés parmi les 50 premiers.

Parmi les belles progressions, il faut noter le saut du 27e au 8e rang d’Olivier Mélédo (Mayer Brown) et celui du 18e au 10e rang d’Yves Lepage (Orrick). Mais c’est Delphine Siino Courtin (Clifford Chance) qui a gagné le plus de places en passant de la 44e à la 13e position en un an.

La féminisation fait du surplace

Statu quo en revanche pour le nombre d’avocates classées qui, comme l’année dernière, ne sont que six (Marie Bouvet-Guiramand, Delphine Siino Courtin, Paule Biensan, Maude Lebois, Anne Lapierre, Salimatou Diallo), ce qui témoigne de la difficulté de la profession à se féminiser. Même impression de surplace concernant les cabinets africains, qui restent ultraminoritaires (Geni & Kebe, ENS Africa, Thiam & Associés, SDA Guinée, Cabinet Nyemb).

S’ils participent pour certains à d’importants dossiers, ils sont pénalisés par les critères retenus pour notre classement quand leur activité est centrée sur un seul pays. En effet, outre le nombre de dossiers traités, leur complexité et les montants en jeu, le palmarés de JA prend aussi en compte le nombre de pays d’intervention. Par ailleurs, certains, peu habitués à cet exercice, ne souhaitent pas soumettre leurs candidatures.

La création d’Asafo & Co par Pascal Agboyibor (Orrick), qui, d’ici à la fin de l’année, entend créer un véritable réseau panafricain, devrait permettre de renforcer leur présence dans la prochaine édition.


Le classement

1. Bertrand Andriani – Linklaters

ANDRIANI_Bertrand

ANDRIANI_Bertrand © FRADIN

Bertrand Andriani n’est pas l’avocat d’affaires le plus médiatique de la place parisienne, mais il est sans doute l’un des mieux rodés aux dossiers africains. À 57 ans, il dirige à Paris le département banques et finance de Linklaters (40 collaborateurs) et consacre en moyenne 50 % de son temps au continent. Sa première fois remonte à 1989 lorsque le Gabon, pour briser le monopole d’Elf, a imposé au pétrolier français l’entrée de Shell sur le bloc Rabi-Kounga. Depuis, il n’a cessé d’y intervenir, même si le début de sa carrière est aussi marqué par le dossier Eurotunnel, sur lequel il travaillera pendant quinze ans.

En 2018, il a notamment conseillé le singapourien Olam pour le développement de sa filiale Arise au Gabon, en Côte d’Ivoire et en Mauritanie. Il est également intervenu au côté de Stoa, fonds créé par l’AFD et la Caisse des dépôts et consignations française, lors de son entrée au capital à hauteur de 10 % dans le projet de centrale hydroélectrique camerounaise Nachtigal, et a accompagné la Banque mondiale pour la mise en œuvre de son programme Scaling Solar, impliquant les français Meridiam et Engie au Sénégal.

Projets structurants

Depuis quelques mois, Bertrand Andriani et son équipe ont aussi été mandatés par la RDC et la République du Congo pour mener le projet de construction de pont entre Brazzaville et Kinshasa, financé par le fonds Africa50. Un dossier à haute valeur « sentimentalo-intellectuelle », selon ses termes.

Car l’avocat, qui a fait toute sa carrière au sein du bureau parisien de Linklaters (dont il a pris la direction pour quatre ans en février), n’aime rien plus que travailler sur des projets qui, mis bout à bout, transforment le continent. Principalement actif dans les domaines de l’énergie, des infrastructures et des mines, dans 90 % des cas en Afrique francophone (du Maghreb à l’Afrique centrale), Bertrand Andriani a aussi quelques clients dans les télécoms, comme l’opérateur MTN, pour lequel il a géré plusieurs financements, et le gestionnaire de tours IHS, pour qui il a planché sur une introduction finalement reportée sine die à la Bourse de Londres.

Un éclectisme sur des dossiers de premier plan qui, bien que traités depuis Paris (Linklaters a plusieurs fois envisagé d’ouvrir un bureau sur le continent mais n’a pas encore concrétisé) lui vaut cette année la première place de notre classement.

2. Pascal Agboyibor – Asafo & Co

Pascal Agboyibor (Togo), avocat d'affaires, associé gérant au cabinet Orrick,.

Pascal Agboyibor (Togo), avocat d'affaires, associé gérant au cabinet Orrick,. © Vincent Fournier/JA

Toujours chez Orrick en 2018, l’avocat numéro deux du réseau américain jusqu’à son départ en mars, a travaillé sur une vingtaine de dossiers. Il a conseillé la Gécamines, la RDC, mais aussi la Guinée, le Mali, le spécialiste turc du BTP Limak ou encore l’institution financière panafricaine AFC. Des opérations majeures qui le classent encore cette année en haut de notre palmarès.

3. Hicham Naciri – Naciri & Associés, Allen & Overy

Le ténor du barreau casablancais s’est en 2018 encore illustré en menant une vingtaine d’opérations avec des groupes marocains. Parmi ses principaux dossiers, le numéro un du classement l’an dernier a conseillé Moulay Hafid Elalamy pour la vente de Saham Finance au sud-africain Sanlam, et a accompagné le groupe bancaire BCP dans l’acquisition de cinq filiales de la banque française BPCE.

4. Boris Martor – Eversheds Sutherland

De la recherche de financements à la restructuration de dettes en passant par les fusions-acquisitions et les procédures d’arbitrage, le Français à la tête de la pratique Afrique du cabinet a traité 49 dossiers, comme celui du financement à 1,2 milliard d’euros du projet hydroélectrique de Nachtigal, au Cameroun. Boris Martor a accompagné ECP dans son acquisition de plusieurs sociétés dans le secteur de l’éducation, et AfricInvest dans le secteur hôtelier.

5. Sena Agbayissah – Hugues Hubbard

Ancien de SNR Denton, ce spécialiste du droit bancaire et financier a rejoint Hugues Hubbard en tant qu’associé en 2012. Il est le conseil du Togo dans l’arbitrage contre Bolloré devant le Cirdi ainsi que celui de la Côte d’Ivoire pour le financement de ses infrastructures électriques, notamment dans les projets des centrales d’Azito, de Poro et de Ciprel V, représentant un investissement global de près de 900 millions d’euros.

6. Marie Bouvet-Guiramand – Gide

L’avocate spécialisée dans le financement des infrastructures a conseillé les pays des Grands Lacs sur le projet hydroélectrique Ruzizi III, dont le coût s’élève à 650 millions de dollars. Elle a été aussi conseil, en Côte d’Ivoire, d’Eiffage pour le projet de centrale hydroélectrique de Singrobo, de Veolia pour la nouvelle usine de traitement des eaux de La Mé et d’Olam pour le terminal industriel polyvalent de San Pedro.


>>> À LIRE : Comment Olam Gabon a atterri en Côte d’Ivoire avec Adama Bictogo


7. Victor Grandguillaume – Gide

Ce spécialiste du secteur de l’énergie a été conseil de l’ivoirien Snedai pour la réalisation d’une centrale thermique à San Pedro, d’Eiffage pour une nouvelle centrale hydroélectrique à Singrobo et de la Senelec pour un projet de ferme éolienne. Mais il a aussi assisté Chalco en Guinée pour le développement des blocs bauxitiques de Boffa.

8. Olivier Mélédo – Mayer Brown

08-Olivier.Meledo

08-Olivier.Meledo © crédit photo

Spécialisé dans l’énergie et les infrastructures, l’associé est actif dans la quasi-totalité des 17 États membres de l’Ohada. Il est le conseil de la présidence du Bénin dans le cadre de ses projets énergétiques, dont la construction de la centrale thermique de Maria Gleta (190 millions de dollars), ou encore de Maurel & Prom dans le cadre d’un emprunt à terme de 600 millions de dollars auprès de prêteurs asiatiques, notamment pour le refinancement de leurs activités pétrolières et gazières au Gabon.

9. Yves Baratte – Simmons & Simmons

À la tête de l’équipe chargée de l’énergie, des ressources naturelles et des infrastructures à Paris, le Français est actif dans plus d’une dizaine de pays, au Maghreb comme en Afrique subsaharienne. Il conseille notamment l’autorité portuaire de Djibouti dans son projet de zone franche ou le minier First Quantum pour ses activités mauritaniennes. En 2018, son client Kimbo a signé une convention minière pour un projet de raffinage d’alumine et d’exploitation de bauxite en Guinée – un contrat à 3,3 milliards de dollars.

10. Yves Lepage – Orrick

L’expert de l’énergie a pris la tête de la pratique Afrique du cabinet américain après le départ du Franco-Togolais Pascal Agboyibor. Il conseille toujours Eneo, notamment pour Nachtigal. Le closing financier récent de l’ambitieux projet de barrage camerounais lui permet de faire un bond de huit places par rapport à l’an passé.

11. Roland Ziadé Linklaters

Ce spécialiste de l’arbitrage international est inscrit aux barreaux de Paris, de Beyrouth et de New York. Il défend les intérêts d’un portefeuille de grandes entreprises, notamment françaises et marocaines, ainsi que ceux d’états ouest-africains francophones, en particulier devant les cours d’arbitrage internationales de Paris et de Washington.

12. Thierry Lauriol – Jeantet

Actif principalement dans le secteur extractif et les infrastructures, ce connaisseur du continent est particulièrement écouté à Dakar, à Abidjan, à Conakry, à Nouakchott et à Yaoundé. Il est, par ailleurs, responsable de formations en droit des affaires économiques en Afrique, à l’université Panthéon-Assas ainsi qu’à l’Université internationale de Rabat, et pour le compte de la Facilité africaine de soutien juridique (ALSF).

13. Delphine Siino Courtin – Clifford Chance

Spécialisée dans l’énergie, elle intervient principalement dans le conseil en financement de projets auprès de prêteurs en Afrique de l’Ouest et plus particulièrement au Cameroun et en Côte d’Ivoire. Elle a notamment conseillé des banques commerciales et des banques de développement pour la centrale hydroélectrique de Nachtigal. Plus généralement, cette ex-Herbert Smith, présente au sein du bureau parisien depuis 2005, accompagne plusieurs projets de centrale électrique.

14. Dany Khayat – Mayer Brown

Passé par le cabinet Shearman & Sterling, il a conseillé Veolia sur le contentieux opposant l’entreprise française aux autorités gabonaises. Il a travaillé sur une vingtaine de dossiers en 2018 pour le compte d’États ou d’organisations internationales, tant en Afrique subsaharienne qu’au Maghreb. Dans le secteur privé, le responsable du contentieux et de l’arbitrage international au bureau de Paris intervient pour des acteurs des mines, de la finance ou encore des télécoms.

15. Emmanuel Gaillard – Shearman & Sterling

Ce célèbre professeur de droit, rompu à l’exercice de l’arbitrage commercial international, est intervenu dans près de trente dossiers en 2018. Hyperactif en Algérie, où il conseille régulièrement la Sonatrach, il intervient également auprès de nombreux gouvernements, essentiellement au Maghreb et en Afrique de l’Ouest.

16. Stéphane Brabant – Herbert Smith Freehills

Codirigeant de la pratique Afrique de son cabinet, il est intervenu comme conseiller d’états et d’entreprises, dans le cadre d’une douzaine d’affaires de développement de projet, de contentieux et d’arbitrages. Celles-ci concernent l’exploitation de ressources naturelles, l’attribution de marchés publics, et l’aéroportuaire, principalement en Afrique de l’Ouest.

17. Nicolas Jean – Gide

Conseiller de la stratégie touristique ivoirienne, notamment en matière de construction, il est arrivé au sein du bureau de Tunis en 2008. Intervenant essentiellement en Afrique subsaharienne, il est spécialisé dans les infrastructures, l’énergie, l’immobilier et les télécommunications, et fait son apparition dans notre classement.

18. Patrick Larrivé – Dentons

Installé depuis près de vingt ans à Casablanca, il conseille un portefeuille d’entreprises actives dans le capital-investissement et les infrastructures, pour des dossiers touchant à leurs affaires au Maroc, en Côte d’Ivoire et au Cameroun. Parmi ses clients les plus en vue, on peut noter le fonds d’investissement Amethis, Suez, l’Office national des aéroports ou encore Groupe Palmeraie Développement.

19. Paule Biensan et François-Guilhem Vaissier – White & Case

Ce duo se distingue dans les domaines des infrastructures et des projets énergétiques. Ils sont intervenus sur 17 dossiers en 2018, principalement en Côte d’Ivoire, au Gabon et au Sénégal, où ils ont accompagné ECP – et sa filiale Eranove – ainsi qu’Eiffage. Ils font un bond dans le classement de douze et treize places par rapport à 2018.

20. Robert Follie – Holman Fenwick Willan

Avec la société d’études sismiques TGS, il intervient comme conseiller pour la négociation de contrats avec les gouvernements mauritanien, sénégalais, togolais, guinéen et béninois. Autre client de l’avocat parisien, le hollandais Gemalto, qu’il a conseillé pour constituer une joint-venture avec le sud-africain Face Technologies. Les deux groupes gèrent la concession des cartes de transport biométriques au Sénégal, après avoir remporté un appel d’offres gouvernemental.

21. Christophe Asselineau – Norton Rose

21-Christophe Asselineau (France - Australie), avocat spécialiste du secteur minier au cabinet Sherman and Sterling.   A Paris, le 5 décembre 2012.   Photo de Vincent Fournier/Jeune Afrique

21-Christophe Asselineau (France - Australie), avocat spécialiste du secteur minier au cabinet Sherman and Sterling. A Paris, le 5 décembre 2012. Photo de Vincent Fournier/Jeune Afrique © Vincent Fournier/JA

Très actif dans le secteur extractif et celui des infrastructures, ce Franco-Australien inscrit aux barreaux de Paris et de Sidney est un bon connaisseur de l’Afrique centrale et de l’Algérie. Il travaille pour plusieurs groupes miniers anglo-saxons, en particulier australiens, mais aussi pour le fonds Africa50 autour de projets hydroélectriques.

22. Pierre Marly – CMS Francis Lefebvre

Vétéran des dossiers sur le continent, ce spécialiste en fusions-acquisitions possède parmi ses clients le haut du panier du capitalisme ouest-africain, dont Bridge Bank et Teyliom, du tycoon Yérim Sow, le groupe Voodoo, du communicant Fabrice Sawegnon, de même que l’assureur Sunu, de Pathé Dione. Il a aussi conseillé des multinationales comme Unilever, de même que le groupe agro-industriel Rougier et Mauritius Commercial Bank, deuxième groupe d’Afrique australe hors Afrique du Sud.

23. Julien David – Gide

Associé du cabinet, dont il a dirigé le bureau de Casablanca au début de la décennie, ce spécialiste des fusions-acquisitions a conseillé le groupe BPCE, premier groupe bancaire français, dans la cession à la fin de 2018 de quatre de ses filiales au marocain BCP. Accompagnant également des acteurs du secteur de l’énergie, il a conseillé Sagemcom dans le déploiement de solutions électriques en RD Congo.

24. Pierre Bernheim – Trinity International

Diplômé de la Sorbonne et de Georgetown, cet ancien de Gide Loyrette Nouel a été recruté pour lancer, en 2016, le bureau parisien du cabinet britannique, spécialisé dans l’électricité et les infrastructures dans les pays émergents, notamment en Afrique. Il s’est illustré au profit d’institutions multilatérales, de multinationales et de développeurs privés dans des projets électriques au sein de la zone sahélienne.

25. Bertrand Saint-Pierre – CMS Francis Lefebvre

Ce Français, ancien d’Orrick Rambaud Martel, est actif au sein de l’équipe Afrique depuis 2013 et intervient dans le cadre d’opérations de fusion-acquisition, de coentreprises et de restructuration. Il a cette année réalisé une dizaine de deals à six ou sept zéros, principalement en Afrique centrale et en Afrique de l’Ouest dans les secteurs bancaires, agroalimentaires, des assurances et de la communication.

26. Rémy Fekete – Jones Day

Responsable de la pratique Télécoms, Médias & Technologies (TMT) du bureau parisien, il a conseillé plusieurs gouvernements africains dans leurs stratégies en matière de télécoms et de numérique. Actif aussi bien en Afrique du Nord qu’au sud du Sahara, il intervient parfois dans des dossiers en dehors des TMT, notamment en accompagnant les gouvernements dans la négociation de concessions publiques.

27. Mustapha Mourahib – Clifford Chance

Associé depuis 2008, il dirige depuis neuf ans le bureau de Casablanca. Spécialiste des fusions-acquisitions mais aussi de finance islamique, il a conseillé le Maroc dans l’émission des premiers sukuks (obligations conformes à la charia) du royaume. Coresponsable de la pratique Afrique, il intervient également dans des dossiers au sud du Sahara, accompagnant par exemple le capital-investisseur AIIM dans le secteur aéroportuaire.

28. Hugues de La Forge – Fidal

Spécialisé dans les grands projets internationaux d’infrastructures et d’énergie, Hugues de La Forge est venu renforcer l’équipe de droit public du cabinet Fidal en tant que directeur associé. à 46 ans, l’ancien de Gide à Casablanca et du cabinet Jeantet s’est illustré cette année en conseillant l’Office national des chemins de Fer (Maroc) dans le cadre la ligne à grande vitesse entre Casablanca et Tanger, mais aussi l’état ivoirien dans le cadre de la conception et du développement du métro d’Abidjan.

29. Michael Ostrove – DLA Piper

Patron de la pratique arbitrage international, il a défendu la Guinée dans son conflit avec BSGR, du tycoon israélien Beny Steinmetz. Un accord à l’amiable a été trouvé entre les deux parties, alors que les dommages réclamés à Conakry atteignaient plusieurs milliards de dollars. Il représente également la RD Congo, qui conteste des décisions arbitrales portant sur plus de 100 millions de dollars.

30. Samy Laghouati – Gide

Responsable du bureau d’Alger, cet associé mène aussi des projets en Tunisie. Il conseille Total dans un mégaprojet pétrochimique, conduit en partenariat avec l’opérateur public Sonatrach dans la zone industrielle d’Arzew. Sa valeur est estimée à plus de 1,4 milliard de dollars. Il accompagne également plusieurs géants de l’automobile dans leurs projets industriels : les indiens Tata Motors et Mahindra, et l’allemand Volkswagen.

31. Mouhamed Kebe – Geni&Kebe

Le principal associé du prestigieux cabinet sénégalais a accompagné la banque espagnole Santander et le géant Airbus dans le cadre de la vente d’un avion A330 Neo à la nouvelle compagnie nationale Air Sénégal. Actif au Tchad et en Mauritanie dans les TIC et le secteur portuaire, il a, au Burkina Faso, conseillé Commerzbank AG, deuxième groupe bancaire allemand, dans le cadre d’une convention de crédit conclue avec l’État pour la construction et l’équipement du CHU de Bassinko.

32. Kamal Nasrollah – Baker McKenzie

Présent dans plus d’une vingtaine de dossiers, le Marocain, qui dirige le bureau de Casablanca, conseille Holmarcom dans le dossier de la liquidation de la raffinerie Samir, dont le conglomérat est actionnaire à hauteur de 5,7 %. Il a participé au closing financier (230 millions d’euros) de la centrale éolienne Midelt (180 MW) en tant que conseil de l’Onee et a assisté Lafarge Holcim pour des restructurations au Bénin et en Guinée. Habitué de notre classement, Me Nasrollah compte parmi ses clients Attijariwafa Bank, Crédit agricole ou Amazon.

33. Simon Auquier – Gide

En poste à Casablanca, ce spécialiste des fusions-acquisitions a notamment conseillé le groupe Castel, le fonds d’investissement Adenia et la famille Benamour pour divers projets de cessions ou d’acquisitions. Il a aussi assisté la Société générale des travaux du Maroc pour la négociation d’accords à propos de la réalisation du barrage hydroélectrique de Nachtigal. Il conseille la société d’investissement Wendel pour la cession de l’intégralité de sa participation dans le holding du groupe Saham.

34. Maude Lebois – Shearman & Sterling

Spécialisée en arbitrage international, Maude Lebois a défendu les intérêts de différents états et sociétés africaines participant au règlement de plusieurs dossiers épineux. Présente depuis 2004 chez Shearman & Sterling, la diplômée de la Harvard Law School a conseillé la Sonatrach sur son investissement de plus de 1 milliard de dollars dans une usine de polypropylène en Turquie.

35. Simon Ratledge  – Asafo & Co

Recruté en 2016 au sein des équipes Énergie et Infrastructures et collaborant avec la pratique Afrique d’Orrick, pilotée par Pascal Agboyibor, le Britannique a rejoint son collègue au sein d’Asafo & Co. Outre leurs dossiers communs – conseils à la Gécamines, au Mali –, il a accompagné le cimentier turc Limak Cement dans son expansion en Côte d’Ivoire.

36. Wacef Bentaibi – Gide

Impliqué dans une vingtaine de projets d’une valeur cumulée de près de 2,4 milliards d’euros, Wacef Bentaibi est spécialisé en financement de projets dans les secteurs de l’énergie, des infrastructures et des transports. Implanté à Casablanca, Il a notamment conseillé la Société générale des travaux du Maroc sur de nombreux dossiers, dont ceux du barrage de Nachtigal et de l’ouverture d’une cimenterie au Maroc.

37. Anne Lapierre – Norton Rose

Anne Lapierre a accompagné quelques grandes opérations pétrolières en Algérie. Elle a assisté l’Agence marocaine pour l’énergie durable dans le cadre du développement du mégaprojet de centrales solaires Noor Midelt, ainsi que la plateforme d’investissement Lekela, au Sénégal, qui participe au développement et au financement de la centrale éolienne de Taiba Ndiaye.

38. Alain Gauvin – LPA-CGR Avocats

Ce Français enseigne le droit financier à l’université de Rabat. Il intervient depuis 2015 auprès de la BAD, en tant que conseiller pour le fonds d’investissement Africa 50. Il assiste Neo Themis dans la mise en place du fonds Themis Energy Fund avec Denham Capital, spécialisé dans les énergies renouvelables sur les marchés émergents. Enfin, il a assisté le groupe Société générale du Maroc dans la structuration de la première émission de certificats de dépôts structurés, auprès d’investisseurs institutionnels et de gestionnaires de patrimoine.

39. Sébastien Thouvenot – ENS Africa

établi à Maurice, Sébastien Thouvenot assiste des clients privés et publics (multinationales, états, fonds ou banques). Il a conseillé la compagnie pétrolière Engen dans le cadre d’un échange d’actions avec Vivo Energy. Présent en RD Congo dans le domaine minier, il a assisté les filiales du Groupe Omnia en Afrique francophone.

40. Alain Malek  – Norton Rose

Conseil du groupe Aksal, leader des centres commerciaux et du commerce de détail au Maroc, lors des accords de coentreprise avec Wessal Capital, le Français a aussi assisté le groupe Avril dans l’acquisition d’Indusalim, qui possède de nombreuses marques dans le secteur agroalimentaire au sud du Sahara. Il a surtout accompagné l’agence Masen, spécialisée dans les énergies renouvelables, dans le cadre de l’appel d’offres du projet Noor Midelt 1, de plus de 800 MW, remporté par EDF (plus de 700 millions d’euros).

41. Michel Lequien – Ashurst

Chez Ashurst depuis vingt ans, le Français est à la tête du département énergie, ressources naturelles et infrastructure de Paris. Spécialisé dans le développement et le financement de projets d’énergie mais aussi dans les opérations d’acquisition, il a travaillé sur des projets de centrales solaires, du Maroc à l’éthiopie.

42. Baba Hady Thiam – Thiam & Associés

Cet ex-collaborateur de Gide et de Dechert a créé son cabinet à Conakry en 2017. Conseiller du groupe TBEA pour le mégaprojet de Santou-Nord en Guinée, il assiste aussi les groupes Chinalco et Cosco dans le projet minier de Boffa. Il accompagne le groupe Brahms pour un projet de raffinerie de pétrole, ainsi que IPT Powertech et Banque de Dakar dans le cadre de leur implantation en Guinée.

43. Salimatou Diallo – SDA Guinée

43-Salimatou Diallo

43-Salimatou Diallo © DR

Me Diallo est spécialisée dans les acquisitions transfrontalières, la négociation de conventions d’investissement et de partenariats avec des gouvernements, et les financements de projets. Elle a réalisé l’audit réglementaire et la structuration du financement des mégaprojets hydroélectriques de Kaleta et de Souapiti, représentant un investissement cumulé de plus de 1,2 milliard d’euros.

44. Bob Bastos – Asafo & Co

Ce spécialiste des droits africains fait partie de la vingtaine d’anciens d’Orrick qui ont rallié le cabinet Asafo & Co. La Gécamines lui a confié plusieurs dossiers, comme la renégociation des pas-de-porte de Glencore dans le projet KCC et le projet Boss Mining, du kazakh ERG. Il est parvenu à régler le litige avec le groupe Forrest concernant l’exploitation commerciale du Terril de Lubumbashi, qui renferme 5 % des réserves mondiales de cobalt. Il a aussi été actif sur le dossier de la centrale thermique à 2,5 milliards de dollars de Luena.

45. Sébastien Gaudu – Asafo & Co

Transfuge d’Orrick, il est l’un des conseils de la Guinée dans plusieurs projets miniers, préparant les négociations avec Chinalco et Rio Tinto concernant le gisement de fer de Simandou-Sud, avec Chinalco sur la mine de bauxite de Boffa ainsi qu’avec Xinjiang TBEA sur le site de production intégrée de Santou I. En RD Congo, il a aussi conseillé la Gécamines pour la mise en place d’un partenariat avec Shanghai Putailai sur les gisements de cobalt de Kingamyambo et de Kilamusembo.

46. Christophe Lefort – Herbert Smith Freehills

Spécialiste des infrastructures et de l’énergie, le Français a travaillé sur le projet de barrage hydroélectrique de Nachtigal pour EDF, IFC et le gouvernement camerounais, mais assiste aussi Africa50 dans le projet de centrale électrique de Volobé, à Madagascar, et Akuo Energy pour le développement de la centrale solaire de Kita, au Mali, ainsi que Proparco, la BEI et IFC pour le financement de centrales photovoltaïques au Sénégal.

47. Richard Mugni – BakerMcKenzie

Cet ex-directeur juridique de Bolloré Logistics a conseillé son ancien employeur sur les projets de concession du port de Brazzaville ainsi que sur ses filiales comme Sitarail, Vivendi Africa pour l’obtention d’une licence Télécoms au Togo, et sur le dossier des salles de cinéma Canal Olympia. Il assiste China International Water & Electric Corporation pour les barrages de Souapiti et de Kaléta, en Guinée.

48. Yves Moukory – LPA-CGR

Ce Camerounais, ex-EY, qui conseille CFAO dans ses projets immobiliers, est très actif dans les secteurs des mines et de l’énergie. Il œuvre avec l’Uneca à la rédaction d’un nouveau code minier au Tchad.

49. Jean-Georges Betto – Betto Seraglini

Spécialisé en arbitrage international, Me Betto a défendu l’homme d’affaires Frank Timis dans le conflit qui l’a opposé au Burkina Faso dans le projet minier de Tambao, l’un des plus grands gisements de manganèse du monde. Il représente Accor face à l’État togolais dans le dossier de l’expulsion de l’hôtel Sarakawa, en 2014.

50. Jacques Jonathan Nyemb – Cabinet Nyemb

Le Camerounais, qui a rejoint le cabinet familial en 2016, conseille une société minière pour la restructuration d’un projet dont la valeur s’élève à plus de 10 milliards d’euros. Ce diplômé de Harvard a aussi assisté une grande banque locale pour le financement à plus de 1 milliard d’euros d’une centrale hydroélectrique.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte