Dossier

Cet article est issu du dossier «Changement d’horizon au Togo»

Voir tout le sommaire
Transports

Togo : vers un partenariat public-privé pour l’axe routier Davié-Atakpamé

Une route de Lomé, au Togo (photo d'illustration).

Une route de Lomé, au Togo (photo d'illustration). © Jacques Torregano pour JA

Pour financer les 600 millions de dollars estimés pour le dédoublement de la RN 1 sur le tronçon entre Davié et Atakpamé, dans le centre du pays, l’État compte recourir à un partenariat public-privé.

Alors que le trafic sur le corridor Lomé-Ouagadougou – 950 km de route nationale (RN) – connaît une croissance moyenne de 18 % par an depuis 2017, le dédoublement de la RN 1 est devenu une priorité : cette nationale traverse le Togo depuis Lomé, dans le Sud, jusqu’à Cinkassé, dans le Nord, à la frontière avec le Burkina Faso et le Ghana, où le Plan national de développement (PND) 2018-2022 prévoit de construire par ailleurs un port sec.

Pour faire face à la hausse du trafic, l’État avait déjà dédoublé la RN 1 sur 20 km, entre Lomé et Davié. Compte tenu de l’enjeu stratégique que représente cet axe pour le pays et la sous-région, le dédoublement de tout le corridor a été planifié.

De Davié à Atakpamé

Côté togolais, une ­deuxième phase de ce projet, inscrite dans le PND, porte sur le tronçon de 188 km entre Davié et Atakpamé (Centre). Son coût est estimé à environ 600 millions de dollars, pour le financement desquels l’État compte recourir à un partenariat public-privé de type concessif et de type BOT (Build, Operate and Transfer). « La concession pourra durer jusqu’à trente ans, et l’État se portera garant du niveau de trafic annoncé », assure Zourehatou Kassah-Traoré, la ministre des Infrastructures. Ajoutant que le trafic devrait quadrupler d’ici à 2040.

Côté burkinabè, on a déjà anticipé la modernisation de cette route, qui capte plus de 35 % du fret en direction du Faso où, à la fin de mars, le président Roch Marc Christian Kaboré a inauguré la route inter-États Koupéla-Cinkansé-frontière du Togo (RN 16). Ces travaux, dont le coût s’élève à plus de 100 milliards de F CFA (environ 152,5 millions d’euros), ont porté, entre autres, sur la réhabilitation de plus de 150 km de route et de six ponts, la construction d’un péage à Cinkassé et l’aménagement de 14 km en deux fois deux voies dans les agglomérations traversées.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte