Dossier

Cet article est issu du dossier «Changement d’horizon au Togo»

Voir tout le sommaire
Transports

Togo : vers un partenariat public-privé pour l’axe routier Davié-Atakpamé

Une route de Lomé, au Togo (photo d'illustration). © Jacques Torregano pour JA

Pour financer les 600 millions de dollars estimés pour le dédoublement de la RN 1 sur le tronçon entre Davié et Atakpamé, dans le centre du pays, l’État compte recourir à un partenariat public-privé.

Alors que le trafic sur le corridor Lomé-Ouagadougou – 950 km de route nationale (RN) – connaît une croissance moyenne de 18 % par an depuis 2017, le dédoublement de la RN 1 est devenu une priorité : cette nationale traverse le Togo depuis Lomé, dans le Sud, jusqu’à Cinkassé, dans le Nord, à la frontière avec le Burkina Faso et le Ghana, où le Plan national de développement (PND) 2018-2022 prévoit de construire par ailleurs un port sec.

Pour faire face à la hausse du trafic, l’État avait déjà dédoublé la RN 1 sur 20 km, entre Lomé et Davié. Compte tenu de l’enjeu stratégique que représente cet axe pour le pays et la sous-région, le dédoublement de tout le corridor a été planifié.

De Davié à Atakpamé

Côté togolais, une ­deuxième phase de ce projet, inscrite dans le PND, porte sur le tronçon de 188 km entre Davié et Atakpamé (Centre). Son coût est estimé à environ 600 millions de dollars, pour le financement desquels l’État compte recourir à un partenariat public-privé de type concessif et de type BOT (Build, Operate and Transfer). « La concession pourra durer jusqu’à trente ans, et l’État se portera garant du niveau de trafic annoncé », assure Zourehatou Kassah-Traoré, la ministre des Infrastructures. Ajoutant que le trafic devrait quadrupler d’ici à 2040.

Côté burkinabè, on a déjà anticipé la modernisation de cette route, qui capte plus de 35 % du fret en direction du Faso où, à la fin de mars, le président Roch Marc Christian Kaboré a inauguré la route inter-États Koupéla-Cinkansé-frontière du Togo (RN 16). Ces travaux, dont le coût s’élève à plus de 100 milliards de F CFA (environ 152,5 millions d’euros), ont porté, entre autres, sur la réhabilitation de plus de 150 km de route et de six ponts, la construction d’un péage à Cinkassé et l’aménagement de 14 km en deux fois deux voies dans les agglomérations traversées.

Fermer

Je me connecte