Politique

Côte d’Ivoire : la liberté sous conditions de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé

Laurent Gbagbo, le 15 janvier 2019 à la CPI. © ICC-CPI

Acquittés, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé ne sont pas tout à fait libres. Jusqu'aux conclusions finales des juges de la Cour pénale internationale (CPI), ils ne doivent pas s'éloigner trop loin du siège de la juridiction à La Haye (Pays-Bas).

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé se sont vu imposer des conditions en attendant que le procureur décide s’il fera appel ou non. Le parquet doit pour cela attendre les conclusions écrites des juges, qui pourraient ne pas être rendues avant septembre.

Blé Goudé à la recherche d’un « pays chaud »

Les ex-détenus doivent résider dans un pays proche du siège de la CPI et signataire du traité de Rome. Le 5 février, Laurent Gbagbo est arrivé en Belgique, où résident sa seconde épouse et leur fils, David Al Raïs. Charles Blé Goudé, lui, cherche toujours un pays d’accueil. La Belgique et la Suède, un temps évoquées, ont refusé. Mais, selon ses proches, des discussions sont bien avancées avec un autre pays européen « où il fait plus chaud ».

En attendant, il a récemment quitté un premier hôtel en centre-ville de La Haye pour un autre établissement, en périphérie. Il a le droit de se promener à proximité, mais s’il souhaite se déplacer plus loin, il doit en avertir la CPI, qui fournit le dispositif de sécurité qui l’entoure.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte