Dossier

Cet article est issu du dossier «Changement d’horizon au Togo»

Voir tout le sommaire
Transport aérien

Togo : Asky Airlines permet à l’aéroport de Lomé de décoller

Un Boeinng 737-700 d'Asky à l'aéroport de N'Djamena, au Tchad (photo d'illustration) © UR-SDV, Wikimedia Commons

Certes, la superficie, l’économie et la population du Togo sont de taille réduite, en comparaison de celles de la Côte d’Ivoire. Pourtant, Lomé n’a pas à rougir du dynamisme de sa plateforme aéroportuaire, d’ailleurs souvent comparée à celle d’Abidjan.

L’aéroport international Gnassingbé-Eyadéma (ex-Tokoin) a accueilli plus de 651 000 passagers en 2018, selon le Conseil international des aéroports (ACI). Un dynamisme dû en grande partie à la présence de la compagnie pan­africaine Asky (dont Ethiopian Airlines est actionnaire à 40 %), qui a fait de Lomé son hub et la relie à 22 capitales d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale.

Une ligne Lomé-Paris ?

En ce mois de juin, la compagnie, qui assure déjà une liaison avec New York, relance ses vols pour Johannesburg (suspendus il y a deux ans) et, selon nos informations, étudie la création d’une ligne vers Paris. Également actionnaire du transporteur, le gouvernement togolais cherche des fonds, notamment auprès d’acteurs chinois, afin d’acquérir de nouveaux appareils. De quoi permettre à la nouvelle aérogare, inaugurée en 2016, d’atteindre son objectif de 2 millions de passagers par an – seuil que dépasse l’aéroport d’Abidjan.

Fermer

Je me connecte