BTP & Infrastructures

Bénin : la boucle ferroviaire au point mort

Réservé aux abonnés | | Par
L’entrepreneur Samuel Dossou-Aworet a lutté des années pour faire valoir son droit. Pas en vain.

L’entrepreneur Samuel Dossou-Aworet a lutté des années pour faire valoir son droit. Pas en vain. © Vincent Fournier/JA

À l’arrêt depuis 2015, le projet ferroviaire Cotonou-Parakou-Dosso-Niamey, estimé à 1,2 milliard d’euros lorsqu’il a été porté sur les fonts baptismaux, en 2008, est toujours en stand-by.

À l’initiative de Patrice Talon, des discussions ont commencé avec le Bénin et le Niger pour que le groupe Petrolin, dirigé par le béninois Samuel Dossou, et le groupe français Bolloré Africa Logistics acceptent de se retirer.


>>> À LIRE – Rail : Bénin-Niger, la ligne de la discorde


Aucun accord écrit n’a encore été trouvé, mais des sources béninoises affirment que « le principe est acquis ». « Seule la question du dédommagement pose encore problème », explique-t-on. Cotonou souhaite confier le marché de la réhabilitation de la liaison Cotonou-Parakou (438 km) à China Railway Construction Corporation Limited (CRCC). L’entreprise chinoise a déjà effectué des études de faisabilité.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte