Politique économique

Bénin : l’agenda des grands projets

Le port de Cotonou © Jacques Torregano pour JA

La longueur des études de faisabilité et les difficultés à mobiliser les ressources privées nécessaires ont retardé l'exécution de certains des plus emblématiques projets du Bénin. Tour d'horizon.

• Centrale thermique de Maria-Gleta  

164 millions d’euros. Financée par la BID, la BOAD, la BIDC, la centrale de 127 MW construite par le spécialiste danois Burmeister & Wain Scandinavian Contractor (BWSC), a été mise en service dans les temps en mars 2019.

• Hôpital d’Abomey-Calavi

175 millions d’euros. Ajouté dans un deuxième temps aux projets prioritaires, ce CHU de 436 lits offrant une dizaine de spécialités sera construit à partir du mois de septembre par le groupe Bouygues avec un financement de la Société générale et une garantie de BPI France.

Construction du nouvel aéroport

731 millions d’euros. Initialement étalés sur trente-six mois entre 2018 et 2020, les travaux financés par China Eximbank ont pris du retard. Ils devraient débuter au deuxième semestre de 2019. La collaboration entre le constructeur China Airport Construction Group corporation, le maître d’ouvrage ADP et le maître d’œuvre Louis Berger a été plus complexe que prévu.


>>> À LIRE – Dossier : Vers un autre Bénin ? 


• Modernisation du port de Cotonou

953 millions d’euros. Réévalué après la signature d’un contrat de gestion avec le port d’Anvers, le projet est passé d’environ 760 millions d’euros à 953 millions. Pour l’heure, l’absence d’un partenaire pour financer le projet de reconstruction des quais et d’extension du bassin portuaire a différé le début des travaux, prévus initialement en 2018.

Le port est au cœur de l’économie béninoise. Il contribue à 90 % des échanges du pays, jusqu’à 60 % du PIB, entre 80 % et 85 % à la mobilisation des recettes douanières et pour 45 % à 50 % aux recettes fiscales. En 2018, ses quais ont vu transiter 11 millions de tonnes de marchandises.

• Terminal gazier

Chiffrement en cours. Prévu pour permettre l’importation, le stockage et la regazéification de gaz naturel liquéfié afin de fournir du gaz naturel aux centrales thermiques de Maria-Gleta en 2020, le terminal gazier n’entrera en service qu’en avril 2021. Des négociations sont en cours avec Total.

Fermer

Je me connecte