Banque

Rachat de BPCE : le marocain BCP en attente de visas

Siège administratif de la Banque Populaire à Casablanca.

Siège administratif de la Banque Populaire à Casablanca. © Guillaume Mollé pour J.A.

L’offre du groupe bancaire marocain pour le rachat de quatre filiales du français BPCE (Cameroun, Madagascar, Tunisie et Congo), bien qu’approuvée à la fin de décembre, doit encore recueillir l’aval de différents régulateurs.

Ces acquisitions, dévoilées par JA il y a un an, doivent être approuvées respectivement par la Banque centrale de Tunisie, la Commission bancaire de l’Afrique centrale et la Commission de supervision bancaire et financière de Madagascar.

Amifa cherche à élargir son champ d’action

En attendant, le groupe dirigé depuis novembre 2018 par Mohamed Karim Mounir – son prédécesseur Mohamed Benchaaboun a été nommé ministre de l’Économie et des Finances – poursuit son expansion. À la fin de mars, l’ex-Banque des Mascareignes, rachetée en octobre 2018 à BPCE, a été renommée BCP Bank (Mauritius) « pour instaurer une identité forte à travers le continent ».

Par ailleurs, Amifa, holding dévolu à la microfinance, présent en Côte d’Ivoire, au Mali et en Guinée, a obtenu un agrément au Sénégal et « engagé des études et des démarches pour couvrir d’autres pays ». Parmi lesquels le Burkina Faso, le Rwanda, le Gabon et Madagascar.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte