Transport maritime

Cameroun : menace sur le processus de l’appel d’offres portuaire de Douala

Réservé aux abonnés | | Par
Débarquement au Port autonome du Douala, le 5 janvier 2012.

Débarquement au Port autonome du Douala, le 5 janvier 2012. © Patrick DONGO pour JA

Alors que le vainqueur de l’appel d’offres pour le renouvellement de la concession du terminal à conteneurs de Douala doit être révélé le 18 juin, Bolloré et APMT, les précédents concessionnaires, pourraient demander le report, voire l’annulation, du processus dont ils ont été écartés.

Le torchon continue de brûler entre la direction du Port autonome de Douala (PAD) et Douala International Terminal (DIT).

L’opérateur, qui regroupe Bolloré Transport & Logistics (BTL) et le danois APM Terminals, ne digère pas son éviction, en début d’année, de l’appel d’offres lancé par le port pour le renouvellement de la concession du terminal à conteneurs qu’il détient depuis 2004.

À quelques semaines de la proclamation des résultats, le 18 juin, le différend entre les deux parties se creuse.

La Cour internationale d’arbitrage également saisie

Le groupement AMPT et Bolloré a engagé une procédure auprès du tribunal administratif de Douala pour connaître les raisons de sa non-sélection pour le processus devant désigner son successeur. Si les explications ne le satisfont pas, l’opérateur se réserve le droit de demander un report, voire l’annulation du processus en cours.

Début 2019, DIT a également saisi la Cour internationale d’arbitrage de la Chambre de commerce internationale de Paris sur le litige concernant le paiement des frais de stationnement qui l’oppose au port depuis plusieurs années.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte