Mines

RDC : pour Joseph Kabila, le business continue

Joseph Kabila, lors de l'investiture deFélix Tshisekedi, le 24 janvier 2019. © Jerome Delay/AP/SIPA

L'ancien président congolais, qui continue de peser fortement sur la scène politique, a également relancé ses affaires dans les secteurs des mines, de l'élevage et du transport fluvial.

Depuis son départ de la présidence, le 24 janvier, Joseph Kabila, qui reste le chef de la majorité parlementaire, s’efforce de gérer les nouveaux équilibres politiques avec Félix Tshisekedi. Après avoir repris ses fonctions de président de son parti (le PPRD), l’« Autorité morale » de la coalition Front commun pour le Congo envisage de faire sa « rentrée politique » d’ici à la fin de l’année.

Mines, élevage et transport fluvial

Il relance aussi ses activités dans le monde des affaires. Ses activités minières, d’abord : dans la province de Tanganyika, dont son frère, Zoé Kabila, a été élu gouverneur en avril, l’ex-président possède des participations majoritaires dans des mines de lithium, d’or et d’étain.


>>> À LIRE – RDC : quand le clan Kabila voulait racheter les banques congolaises


Agropastorales, ensuite : outre son ranch de Kingakati, Kabila possède de grandes fermes d’élevage, comptant plus de 5 000 têtes de bétail, à Kimpese et sur l’île de Mateba (Kongo-Central), ainsi qu’un vaste domaine jouxtant le parc de Kundelungu (Katanga).

Enfin, l’ancien chef de l’État fait construire un navire de transport de passagers et de marchandises ainsi qu’un quai d’appontement à Kalemie, sur le lac Tanganyika, en vue d’établir une liaison avec le port lacustre de Kigoma, en Tanzanie.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte