Droits de l’homme

[Tribune] Algérie : quand la liberté devient l’exception

Par

Journaliste spécialisé en droit public.

Les Algériens se rassemblent lors d'une manifestation à Alger, en Algérie, le vendredi 15 mars 2019. © Toufik Doudou/AP/SIPA

Le récent placement en détention provisoire de plusieurs activistes ou personnalités politiques suscite des interrogations, tant cette mesure judiciaire dérogatoire est en général réservée aux crimes les plus graves.

L’information tombe le 28 mai, à la mi-journée. Kamel Eddine Fekhar, médecin et activiste politique, est décédé en détention provisoire, au terme d’une grève de la faim de cinquante jours. L’homme avait été placé en détention provisoire le 31 mars dernier pour « atteinte à la sûreté de l’État » et « incitation à la haine raciale », après avoir dénoncé « des pratiques ségrégationnistes » à l’encontre de sa communauté, les Mozabites. Au-delà des causes formelles de l’arrestation du militant, son placement en détention provisoire suscite des interrogations, tant cette mesure dérogatoire est en général réservée aux crimes les plus graves.

Dès lors, comment accepter que de simples déclarations conduisent à la prison, avant même l’établissement d’un procès ? La détention provisoire, appliquée de manière frénétique ces dernières semaines, serait-elle devenue de facto la règle, et la liberté, l’exception ?

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte