Politique
Un drapeau camerounais durant la campagne présidentielle de 2018. Photo d’illustration. © Sunday Alamba/AP/SIPA

Cet article est issu du dossier

Le Cameroun en équilibre instable avant les législatives

Voir tout le sommaire
Politique

[Analyse] Au Cameroun, le piège Kamto

En janvier, l’opposant Maurice Kamto, qui se dit « président élu » depuis la présidentielle de 2018, a célébré ses « cent jours ». Ses équipes étaient à pied d’œuvre, avec une obsession : ne pas finir comme Jean Ping, l’opposant gabonais qui se revendique « président élu » depuis… 2016.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 12 novembre 2019 à 16:09
Mathieu Olivier

Par Mathieu Olivier

Féru de batailles politiques et judiciaires, Mathieu Olivier est journaliste spécialiste du Cameroun, du Gabon et du Niger. Il travaille aussi sur les droits de l'homme, tout en gardant un œil sur la data-visualisation.

Maurice Kamto du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC). © Jacques Torregano pour JA

Il est vrai qu’en Afrique centrale le destin de l’« élu » est parfois cruel et souvent sans lendemain. Kamto voulait donc écrire un autre scénario en occupant le terrain pour conserver l’élan de la présidentielle. Mais le 28 janvier, deux jours après une « marche blanche » pacifique, il a été arrêté puis inculpé, accusé de rébellion, d’insurrection et d’hostilité à la patrie. On lui reproche notamment d’avoir provoqué le saccage de l’ambassade camerounaise à Paris, le 26 janvier. Ce qu’il nie vigoureusement.

 © DOM

© DOM

Pression internationale

Pour sortir de la prison de Kondengui, l’ex-ministre délégué à la Justice s’est entouré d’avocats chevronnés, camerounais mais aussi français et gabonais, qu’il a chargés de trouver la meilleure riposte juridique… et médiatique. C’est ainsi qu’en mars par voie de presse, et par la voix d’Éric Dupond-Moretti, ténor du barreau de Paris, il a invité Paul Biya à dialoguer avec lui. Une proposition guère appréciée – c’est un euphémisme – par le chef de l’État.

Le libérer accréditerait la thèse du procès politique et signifierait que Yaoundé cède à la pression

René Emmanuel Sadi, le porte-parole du gouvernement, est rapidement intervenu pour éteindre le début d’incendie, mais il était déjà trop tard. Aujourd’hui, les États-Unis s’inquiètent de la détention de Kamto, l’Union européenne la dénonce, et les Nations unies s’interrogent sur les raisons qui la motivent. Que faire désormais du prisonnier le plus célèbre du Cameroun ? « Le libérer accréditerait la thèse du procès politique et signifierait que Yaoundé cède à la pression, s’inquiète un membre du parti au pouvoir. Mais le condamner ferait de lui un martyr, et cela aux yeux du monde entier. »

Pour la première fois depuis longtemps, le pouvoir doit sortir de sa zone de confort, celle de l’ombre et du silence, au grand dam d’un Paul Biya toujours très attaché à l’image internationale de son pays. Mais en emprisonnant Maurice Kamto, c’est lui qui se retrouve pris au piège.