Agroalimentaire

Boissons : des brasseurs très investis

Une vue de l'usine Solibra qui fabrique la bière Castel. © Olivier pour Jeune Afrique

Bien que concentré, le secteur de la bière conserve son dynamisme sur le continent, avec des leaders qui multiplient les nouvelles usines.

La soif du continent pour la bière ne se dément pas. Entre 1999 et 2017, la consommation moyenne au sud du Sahara s’est élevée de 4,2 % par an, selon Global Data, soit deux fois la croissance mondiale.

De plus en plus d’opérateurs appartiennent à de grands groupes peu transparents sur leurs activités au niveau national. De fait, la plupart des brasseurs africains sont des filiales des géants mondiaux AB InBev, Diageo (Guinness) et Heineken, et du français Castel. Surtout présent en Afrique du Nord et en Afrique de l’Ouest, ce dernier intervient aussi en Éthiopie.

Les vins en pôle position

Mais c’est le champion sud-africain des vins, Distell, qui s’impose pour le secteur des boissons dans l’édition 2019 du classement Jeune Afrique des 500 premières entreprises du continent. Il remplace l’habituel numéro un, SABMiller, avalé fin 2016 par AB Inbev et qui ne publie plus de données depuis.


>>> À LIRE – Brasseries : avec SABMiller, AB Inbev s’offre l’Afrique sur un plateau d’argent


Détenu par SABMiller, Distell avait été cédé sur injonction des autorités sud-­africaines de la concurrence lors de la fusion. Le groupe de spiritueux a été introduit en juin 2018 à la Bourse de Johannesburg. Son capital fait par ailleurs l’objet d’un processus de cession partielle à des actionnaires « noirs » dans le cadre du Black Economic Empowerment.

Des investissements à l’Est comme à l’Ouest

Le podium du secteur est complété par Nigerian Breweries, filiale de Heineken, et par le kényan East African Breweries, qui appartient à la galaxie du britannique Diageo. Ces deux poids lourds restent cotés en Bourse.


>>> À LIRE – Heineken répond à ses détracteurs et détaille sa stratégie en Afrique


Les brasseurs suivent de près l’évolution de la consommation, notamment en Afrique de l’Est. Inbev a annoncé la construction de sa cinquième usine en Tanzanie pour 100 millions de dollars (80 millions d’euros).

Et Heineken a ouvert en mars 2019 sa première brasserie au Mozambique pour la même somme. Le néerlandais poursuit son offensive en Afrique de l’Ouest, en particulier en Côte d’Ivoire, avec l’usine Brassivoire, ouverte en 2017 avec CFAO.


10,65 milliards de dollars

C’est le chiffre d’affaires des 30 premières entreprises de boissons (– 21,9 % sur un an)

Fermer

Je me connecte