Entreprises & marchés

Madagascar : Sipromad voit (très) loin

Ylias Akbaraly, patron de Sipromad. © Jean-Michel Ruiz/CAIF pour JA

Le conglomérat Sipromad, dirigé par Ylias Akbaraly, continue de grandir, aussi bien sur le continent que dans les économies développées.

Immobilier, énergies vertes, agrobusiness, aviation privée, numérique… Le conglomérat malgache Sipromad se développe tous azimuts. Avec un coup d’éclat, le rachat en août 2018 de Thomson Broadcast, en redressement judiciaire. La société francilienne de 65 salariés renforcera le pôle technologique développé depuis une dizaine d’années par le PDG du groupe, Ylias Akbaraly, 59 ans.

Spécialisée dans les équipements et logiciels de transmission audiovisuelle, Thomson Broadcast opère désormais sous l’enseigne Phenixia. Elle va soutenir le déploiement panafricain dans cette activité de Sipromad, qui avait jusqu’ici comme principal actif BMS, sa filiale à 100 % basée à Maurice.

D’une société de détergents à un empire diversifié

Fin décembre 2018, au Mali, Thomson Broadcast a ainsi formalisé un contrat pour y déployer la TNT en association avec le français Camusat. Un marché à 65 millions de dollars (56,8 millions d’euros) financé en partie par l’AFD. De quoi satisfaire Ylias Akbaraly, partisan revendiqué de la coopération Sud-Sud, qui entend aussi relancer Thomson Broadcast aux États-Unis.

Comme Axian et Socota, Sipromad est conduit par des membres de la communauté indo-pakistanaise karana, qui joue un rôle clé dans le commerce et l’industrie à Madagascar. Descendant d’un Gujarati arrivé sur l’île en 1918, Ylias Akbaraly a repris voilà une vingtaine d’années la direction de la société de détergents fondée par son père en 1972 avant d’en devenir le PDG, en 2000.

Il a depuis diversifié le groupe à grande échelle, jusque dans la banque, en association avec Orange Money ou le marocain BCP, avant d’imprimer sa marque sur Antananarivo en construisant le plus haut building du pays, La Tour, haut de 100 mètres.


>>> À LIRE – Madagascar : qui sont les capitaines d’industrie de l’île ?


Si Sipromad a toutes les apparences de la prospérité, il a traversé bien des épreuves, notamment au fil des crises politiques du pays. Au lendemain d’une nouvelle alternance, Ylias Akbaraly, réputé proche du président Rajoelina, va pouvoir consolider ses réalisations au vu des 5 % de croissance du PIB attendus par le FMI en 2019 et en 2020. N’a-t-il pas en projet une tour encore plus haute, juste à côté de la première ?

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte