Dossier

Cet article est issu du dossier «Business : le Nigeria, un eldorado à conquérir coûte que coûte»

Voir tout le sommaire
Assurances

Le Nigeria, un « passage obligé » pour Jean Kacou Diagou (NSIA)

Le PDG du groupe NSIA dans son bureau du Plateau, à Abidjan.

Le PDG du groupe NSIA dans son bureau du Plateau, à Abidjan. © Photo Ananias Leki-Dago pour JA

NSIA, le principal assureur d’Afrique francophone, s’est établi au Nigeria en 2011 avec le rachat d’une société d’assurances pour environ 20 milliards de F CFA (30,5 millions d’euros).

Son président, Jean Kacou Diagou, deuxième fortune de Côte d’Ivoire, considère ce pays comme « un passage plus ou moins obligé pour un groupe voulant devenir important en Afrique ».

Cependant, NSIA ne serait jamais entrée au Nigeria autrement que par une acquisition. « S’implanter à partir de rien aurait été très difficile parce qu’on ne connaissait pas très bien ce marché », explique-t-il.

10 % de croissance par an

Aujourd’hui, la filiale nigériane de NSIA affiche une croissance d’environ 10 % par an, et contribue à un peu plus du dixième du chiffre d’affaires du groupe.

Et Jean Kacou Diagou ne compte pas en rester là. Il a récemment accru les fonds propres de NSIA Nigeria pour lui permettre de mieux puiser dans « le potentiel incommensurable » du pays.


>>> À LIRE – Banque : pourquoi NSIA ne panique pas malgré des résultats décevants


Seule ombre au tableau : la dévaluation du naira en 2016 a eu pour effet de réduire la valeur des actifs nigérians de NSIA d’environ 40 %. « Ça a fait mal », se souvient-il. Mais il ne croit pas au scénario d’une nouvelle dévaluation cette année. Et il se félicite d’avoir été l’un des premiers assureurs étrangers de taille à s’être installé dans le pays.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte