Dossier

Cet article est issu du dossier «Golfe : demain, la guerre ?»

Voir tout le sommaire
Diplomatie

Tensions dans le Golfe : qui sont les faucons et les colombes

Le prince héritier saoudien Mohamed Ben Salman, en février 2019 à Islamabad.

Le prince héritier saoudien Mohamed Ben Salman, en février 2019 à Islamabad. © HANDOUT / PMO / AFP

Alors que les tensions montent dans le Golfe, Jeune Afrique vous présente les acteurs qui tentent d’apaiser la situation et ceux qui soufflent sur les braises.

Les faucons

• Mohamed Ben Salman

Le prince héritier, Mohamed Ben Salman, lors d'une réunion du Conseil de coopération du Golfe (CCG), le 27 avril 2017 à Riyad.

Le prince héritier, Mohamed Ben Salman, lors d'une réunion du Conseil de coopération du Golfe (CCG), le 27 avril 2017 à Riyad. © Uncredited/AP/SIPA

Depuis son avènement, le prince héritier saoudien a sensiblement musclé le discours anti-iranien du royaume, hanté qu’il est par la perspective d’une République islamique dotée de l’arme nucléaire. « L’Iran ne doit pas rester impuni », lisait-on en couverture du journal anglophone Arab News, propriété d’un frère du prince héritier. Ce dernier a appelé, dans la foulée de l’attaque contre des intérêts saoudiens, à une rencontre des pays arabes à La Mecque, le 30 mai.

John Bolton

John Bolton, conseiller à la sécurité nationale du président américain Donald Trump, fin avril 2019 à Washington.

John Bolton, conseiller à la sécurité nationale du président américain Donald Trump, fin avril 2019 à Washington. © Evan Vucci/AP/SIPA

Depuis sa nomination, en 2018, le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump pousse à l’affrontement avec l’Iran. Partisan de l’action unilatérale afin de provoquer un changement de régime à Téhéran, et pas simplement de frappes ciblées, il avait, à l’époque de la guerre en Irak, menti en prétendant que Saddam Hussein cherchait à se fournir en uranium en Afrique.

• Qassem Soleimani

Qasem Soleimani

Qasem Soleimani © Ali Khamenei/CC BY 4.0

Le commandant de la force Al-Qods, l’unité d’élite des Gardiens de la révolution islamique, qu’il a rejointe en 1979, a convoqué au début de mai les milices irakiennes alliées de l’Iran. Il faut « se préparer à la guerre par procuration », a-t-il alerté. En novembre dernier, ce général de 62 ans répondait au tweet de Donald Trump annonçant l’arrivée de sanctions (« sanctions are coming ») : « Tu peux commencer une guerre, mais nous serons ceux qui la finiront. »

Les colombes

• Tamim Al Thani

L'émir du Qatar Tamim Al Thani, en mai 2019 à Doha.

L'émir du Qatar Tamim Al Thani, en mai 2019 à Doha. © yangyuanyong/XINHUA/REA

Son émirat est sans doute l’un des acteurs régionaux qui a le plus à perdre dans un conflit ouvert. Le Qatar est à la fois dépendant des États-Unis pour sa sécurité et de l’Iran – qui lui a ouvert son espace aérien après l’embargo et avec qui il partage le champ gazéifère de South Pars – pour son économie. En coulisses, l’émir aurait déjà proposé sa médiation. Sans être entendu pour le moment.

• Javad Zarif

Le ministre iranien des Affaires étrangères à Beyrouth, au Liban, en février 2019.

Le ministre iranien des Affaires étrangères à Beyrouth, au Liban, en février 2019. © Bilal Jawich/XINHUA/REA

Le très avenant ministre iranien des Affaires étrangères a tenté de désamorcer la crise à l’issue d’un voyage en Chine : « Je suis certain […] qu’il n’y aura pas de guerre puisque nous ne souhaitons pas de conflit et puisque personne ne se fait d’illusion quant à la capacité [américaine] d’affronter l’Iran dans la région. » Manière de minimiser la portée des derniers événements. Sans donner l’air de baisser les yeux.

• Patrick Shanahan

Le secrétaire américain à la Défense Patrick Shanahan, en mars 2019 en Floride.

Le secrétaire américain à la Défense Patrick Shanahan, en mars 2019 en Floride. © Lisa Ferdinando/ZUMA/REA

Le secrétaire américain à la Défense n’est pas une tête brûlée et dispose d’un bon crédit auprès de Donald Trump. Le 22 mai, face à des membres du Congrès inquiets des risques de guerre, il a tenu à rassurer : « Il s’agit de faire de la dissuasion, pas la guerre. » La pression de Washington aurait ainsi permis d’« écarter le risque d’attaques contre les Américains ».

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte