Communication & Médias

Burkina Faso : l’ultime recours d’Eddie Komboïgo (ProSat) face à Aymé Makuta (Canal+)

Eddie Komboïgo (à droite) et Aymé Makuta © Ahmed Ouoba / AFP et Xavier Lahache / Canal+

L'aspirant candidat à la présidentielle Eddie Komboïgo, actionnaire majoritaire de ProSat, est en conflit avec Canal+ qui s'est retiré en 2016 d'un contrat engagé avec sa société. Il lutte depuis pour obtenir le rehaussement de son dédommagement.

Eddie Komboïgo est décidé à faire exécuter sans plus attendre la décision rendue en sa faveur par la justice. Le 15 mars, la cour d’appel de Ouagadougou a confirmé le montant du dédommagement – 3,7 milliards de F CFA (5,6 millions d’euros) – accordé en première instance, en juin 2018, dans l’affaire qui l’oppose à la filiale locale de Canal+, dirigée par Aymé Makuta. Pour la seconde fois, le 17 mai, il a réussi à faire bloquer, avec l’aide d’un huissier et de gendarmes, les décodeurs du groupe audiovisuel. Des équipements sans valeur pour lui, mais dont la confiscation handicape le diffuseur de la CAN de football à l’approche de la compétition.

Le litige porte sur le retrait, en mars 2016, par Canal+, qui a contesté la légalité des saisies, du contrat de distribution non exclusif de ces offres octroyé deux ans auparavant à la société ProSat, dont Eddie Komboïgo détient 60 %. Ce revirement est intervenu alors que ce dernier, proche de l’ancien président Compaoré, était incarcéré pour son implication supposée dans la tentative de coup d’État de septembre 2015.

Une offre de 92 millions de F CFA

À cette date, ProSat n’avait pas encore mis en œuvre ledit contrat. Canal+ a néanmoins proposé une somme de 92 millions de F CFA pour couvrir les frais engagés. Trop peu, visiblement. M. Komboïgo, sûr de pouvoir obtenir davantage, a saisi la justice. Interrogé par JA, il fustige l’attitude de son ex-partenaire, qui lui aurait également proposé de signer un nouvel accord en divisant ses commissions par deux.

Le groupe français ne veut pas en rester là. Le dédommagement représenterait huit ans de résultat net de sa filiale, selon une source proche de l’entreprise. Ses avocats, qui ont introduit un recours en cassation, avaient également rendez-vous le 28 mai avec la justice pour obtenir un sursis à exécution du jugement. Eddie Komboïgo, qui espère être candidat à la prochaine présidentielle sous l’étiquette du Congrès pour la démocratie et le progrès, sait sans doute déjà à quoi servira cet argent si Canal+ est débouté.

Fermer

Je me connecte