Musique

RDC : Baloji, le son et l’image

baloji dans zombies

baloji dans zombies © YA AGENCY

Baloji, l’auteur-chanteur-compositeur originaire de Lubumbashi exporte aujourd’hui son univers halluciné en vidéo.

Le 6 mai, Baloji se voyait remettre le prix principal du Festival international du court-métrage d’Oberhausen, en Allemagne, pour Zombies, un film de quatorze minutes sur l’addiction aux écrans dans un Kinshasa futuriste. Cette reconnaissance d’un festival de premier plan et sa dotation de 4 000 euros ont mis du baume au cœur à l’artiste, qui s’est épanché sur son compte Instagram. Il s’est dit « tellement honoré » par la récompense, « après avoir été rejeté par tant de commissions (“tu n’es pas un vrai réal”), de sponsors financiers (“finalement, on va pas pouvoir…”) et ignoré par les médias ».

Minifilm

« Balo » le mal-aimé venait de quitter le plateau de Clique TV lorsqu’on l’a interviewé. Béret noir, long imperméable à la Derrick, doigts alourdis par des bagues qu’il a lui-même dessinées… le créateur congolais installé en Belgique venait faire la promotion d’une nouvelle édition de son album 137 avenue Kaniama, sorti l’année dernière. Une « yellow version » incluant de nouvelles pistes musicales et son minifilm Kaniama Show, une satire grinçante de la téléréalité africaine, évoquant la collusion État-médias, les dérives de la francophonie, et mettant en scène l’acteur Ériq Ebouaney (l’interprète du Lumumba, de Raoul Peck).


>>> À LIRE – Musique – RD Congo : le « Spoiler » réjouissant de Baloji


Après un début de parcours rap au sein du groupe belge Starflam, Baloji a réussi à créer d’albums en vidéos un univers d’une richesse et d’une cohérence étonnantes. On reconnaît au premier coup d’œil ou d’oreille ses textes oniriques, doux-amers. Ses punchlines hip-hop abrasives qui n’hésitent pas à moucher « papa Bolloré » et s’accordent à des sons métissés puisant dans la rumba, l’afrobeat, la soul ou le funk (entre autres !).

Les institutions à qui j’ai demandé un soutien pour Zombies, comme le CNC en France, m’ont toutes envoyé balader

Multipliant les concerts en Afrique et en Europe, celui qu’Alain Mabanckou décrit comme « le flamboyant troubadour de la world beat » a cependant du mal à mener son aventure cinématographique. « Les institutions à qui j’ai demandé un soutien pour Zombies, comme le CNC en France, m’ont toutes envoyé balader, confie-t-il. Même si j’ai déjà un univers visuel, je reste un autodidacte à leurs yeux. Je n’avais que quelques milliers d’euros pour le tournage. J’ai tout fait seul : le stylisme, les décors… Et tout filmé en moins d’une semaine à Kinshasa. »

Ce manque de moyens ne semble pas affecter la créativité de l’artiste, passé virtuose dans l’art du do-it-yourself. Dans ses films, Baloji réinvente une Afrique mystico-futuriste saturée de couleurs, de lumière, de fleurs, de danses et de sons. Une Afrique qui fait le grand écart entre cultes païens et high-tech. Avec un sens de l’accessoire délirant : serre-tête orné de portables, coiffes en billets et combinaison réalisée à partir de préservatifs déroulés… Reste à espérer que le prix d’Oberhausen lui permette de prolonger son expérience derrière la caméra.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte