Politique

Tunisie : Kamel Morjane et Abir Moussi, deux anciens alliés de l’ère Ben Ali devenus ennemis politiques

© Jeune Afrique

Kamel Morjane et Abir Moussi, figures de la scène politique tunisienne de l'ère Ben Ali, ont ensuite pris des chemins diamétralement opposés. Quand le premier a adopté une stratégie de rupture, la seconde se revendique toujours du bénalisme.

Tous deux ont été actifs sous l’ancien régime. Kamel Morjane, en tant que membre du comité central du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) dès 2008, puis du bureau politique en 2010. Abir Moussi, en tant que secrétaire générale adjointe de cette formation, également en 2010. Un an plus tard, le parti-État de Ben Ali était balayé. Puis, chacun a abordé l’ère démocratique à sa façon. Le premier a pris ses distances avec le bénalisme ; la seconde, pourtant bien plus jeune, en est une nostalgique.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte