Politique

[Édito] Au Mali, l’opposition n’est pas un dîner de gala

Par

François Soudan est directeur de la rédaction de Jeune Afrique.

Le 5 avril 2019, plusieurs milliers de personnes ont manifesté à Bamako pour dénoncer l'incapacité de l'État et de la communauté internationale à mettre un terme aux violences intercommunautaires et à l'insécurité. © REUTERS/Keita Amadou

Vu de l'extérieur, l'arrivée de Tiébilé Dramé à la tête du ministère malien des Affaires étrangères a de quoi déconcerter. Elle a pourtant une explication : en Afrique, plus que partout ailleurs, être opposant est un dur métier. On risque la prison, parfois sa peau, mais surtout on y laisse sa fortune.

Faut-il écharper Tiébilé Dramé parce qu’il a rejoint le nouveau gouvernement malien, dont la formation a été annoncée le 5 mai ? Non, bien sûr. Mais reconnaissons qu’il y a là a priori de quoi s’étonner. Au regard de ce que le désormais ministre des Affaires étrangères d’Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) disait il y a peu encore de son président et de son système de gouvernance, à l’encontre desquels il n’avait pas de mots assez durs, c’est un peu comme si Moïse Katumbi ralliait Joseph Kabila, Maurice Kamto, Paul Biya ou Jean Ping, Ali Bongo Ondimba : une volte-face d’autant plus surprenante que l’« enfant terrible de la République », qui fut l’an dernier le très pugnace directeur de campagne du candidat Soumaïla Cissé, a entraîné dans son sillage un autre dirigeant du front d’opposition lancé il y a à peine sept mois pour « mettre en échec le régime [d’IBK] de facto », Oumar Dicko, ci-devant ministre lui aussi.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte