Politique

Libye : pro et anti-Haftar à Paris début mai sans se croiser

Le maréchal Haftar, au centre, le 29 mai 2018 lors de la rencontre organisée à l'Élysée avec les parties à la crise en Libye. © Francois Mori/AP/SIPA

Un chassé-croisé a eu lieu le 8 mai dernier à Paris entre Fayez al-Sarraj, le Premier ministre libyen, et Abdelhadi Lahouij, le ministre des Affaires étrangères du gouvernement rival.

Critiqué par le gouvernement d’union nationale libyen pour son appui supposé au maréchal Khalifa Haftar, Emmanuel Macron a reçu le 8 mai Fayez al-Sarraj, le Premier ministre, et a appelé à un cessez-le-feu en Tripolitaine. L’après-midi même, Abdelhadi Lahouij, le ministre des Affaires étrangères du gouvernement rival, quittait Benghazi pour… Paris.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte