Sécurité

Cameroun : John Fru Ndi ne fait confiance qu’à sa garde rapprochée

John Fru Ndi, à Bamenda, en février 2018. © Reinnier KAZE/AFP

Libéré après avoir été brièvement enlevé le 27 avril par des sécessionnistes anglophones, l'opposant camerounais John Fru Ndi a depuis refusé de renforcer sa protection personnelle.

Dans sa résidence de Ntarikong, à Bamenda, John Fru Ndi n’a pas changé ses habitudes en matière de sécurité. Le leader du Social Democratic Front (SDF, opposition) avait pourtant été enlevé durant quelques heures, le 27 avril, dans les environs de Kumbo (Nord-Ouest), par des combattants des groupes sécessionnistes anglophones des Kumbo Freedom Fighters et des Ambazonian Freedom Fighters.


>>> À LIRE – Crise anglophone au Cameroun : controverse autour de l’enlèvement de John Fru Ndi


Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte