Politique

Crise politique au Bénin : bataille pour la présidence de l’Assemblée nationale

L'Assemblée nationale béninoise, à Porto-Novo, en 2012. © Jacques Torregano Pour Jeune Afrique

La nouvelle Assemblée nationale béninoise, issue du scrutin controversé du 28 avril auquel aucune liste d'opposition n'a participé, doit être officiellement installée ce jeudi 16 mai. Plusieurs noms sont avancés pour en prendre la présidence.

Avant les législatives du 28 avril, Abdoulaye Bio Tchané, le ministre du Plan, était le favori pour succéder à Adrien Houngbédji à la présidence de l’Assemblée nationale. Problème : son parti, le Bloc républicain, a recueilli moins de sièges (36) que son rival, l’Union progressiste (47), ce qui vaut à l’ancien directeur Afrique du FMI d’être critiqué au sein de son propre camp.


>>> À LIRE – Crise politique au Bénin : où va Patrice Talon ?


En outre, le perchoir étant traditionnellement dévolu au parti majoritaire à l’Assemblée, en l’occurrence l’UP, Patrice Talon pourrait devoir revoir ses plans.

Deux noms reviennent avec insistance : celui de Sacca Lafia, ministre de l’Intérieur (par ailleurs membre de l’UP, ex-directeur de campagne de Talon et originaire du Nord, comme Bio Tchané), et celui de Luc Atrokpo, maire de Bohicon (Sud).

Ce lundi et mardi, les députés nouvellement élus sont attendus au palais des Gouverneurs, à Porto-Novo, pour remplir les formalités administratives avant leur installation officielle, prévue pour jeudi 16 mai, pour un mandat de quatre ans.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte