Politique

Saccage de l’ambassade du Cameroun à Paris : où en est l’enquête ?

Si Maurice Kamto est soupçonné d’être l’instigateur du saccage de l’ambassade du Cameroun à Paris, aucune plainte n’a été déposée en France contre lui, selon l’un de ses avocats.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 6 mai 2019 à 10:49

Après le saccage du 26 janvier, à l’ambassade du Cameroun à Paris. © DR

Le 24 avril, une discrète réunion s’est tenue entre la police judiciaire française et le chargé d’affaires de l’ambassade du Cameroun à Paris, Antoine Ahmadou. À l’ordre du jour, les suites du saccage de l’ambassade du Cameroun à Paris, le 26 janvier, par des opposants au président Paul Biya.

Maurice Kamto arrêté

Soupçonné d’en être l’instigateur, alors qu’il se trouvait lui-même à Douala, Maurice Kamto y a été arrêté le 28 janvier, puis emprisonné avec plusieurs dizaines de ses soutiens. Mais au 8 avril, selon l’un de ses avocats, Éric Dupont-Moretti, aucune plainte n’avait été déposée en France contre lui – le procureur de Paris le lui a confirmé.

Côté français, c’est le nouvel ambassadeur au Cameroun, Christophe Guilhou, actuellement en poste à Djibouti et attendu prochainement à Yaoundé, qui va hériter de l’affaire. Celle-ci est d’autant plus épineuse que l’ambassade avait demandé une protection particulière quatre jours avant l’effraction et que, le jour dit, les forces de l’ordre françaises, occupées par les « gilets jaunes », sont intervenues avec plusieurs heures de retard.