Diplomatie

Côte d’Ivoire : les connexions de Guillaume Soro sur le continent

Guillaume Soro à Abidjan, le 21 novembre 2018. © Issam Zelji/TRUTHBIRD MEDIAS pour JA

S'il a perdu son allié Blaise Compaoré en 2014, Guillaume Soro peut toujours compter sur un carnet d'adresses bien rempli. De Mohammed VI à Faure Gnassingbé en passant par Teodoro Obiang, tour d'horizon des chefs d'État avec lesquels l'ancien président de l'Assemblée nationale ivoirienne entretient des liens.

Guillaume Soro a perdu un allié de poids en la personne de Blaise Compaoré. Renversé en 2014, l’ancien président du Burkina Faso fut son parrain politique. En exil à Abidjan, il ne peut plus peser en sa faveur comme par le passé.

Dans le conflit qui oppose Guillaume Soro à Alassane Ouattara, Compaoré s’est refusé à faire office de médiateur, se contentant de transmettre des messages. L’ancien président de l’Assemblée nationale ivoirienne conserve néanmoins un bon carnet d’adresses.


>>> À LIRE – Côte d’Ivoire : Ouattara-Soro, le point de non-retour


Feu Omar Bongo Ondimba lui avait présenté Mohammed VI, le roi du Maroc. Il a tissé des liens avec les présidents Faure Gnassingbé, au Togo, et Denis Sassou Nguesso, au Congo, ainsi qu’avec Teodoro Obiang, le fils du chef de l’État équato-guinéen.

Mais Soro n’insulte pas l’avenir. Ces dernières années, il a discrètement soutenu plusieurs personnalités de la sous-région aujourd’hui au pouvoir, comme Georges Weah, Julius Maada Bio et Félix Tshisekedi, respectivement élus au Liberia, en Sierra Leone et en RD Congo. Soro et Tshisekedi seraient même bons amis.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte